A la Noble Bouffarde
Bonjour,
Ce site traitant de sujets comme le tabac ou l'alcool dont les effets sont néfastes pour la santé, nous vous demandons donc DE NE PAS VOUS INSCRIRE SUR CE SITE NI MEME LE VISITER SI VOUS N'ETES PAS MAJEUR. Merci par avance de votre compréhension.

SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 35 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 32 Invités

J_O_M, Rascar Capac, Rico3154

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 248 le Dim 2 Fév 2020 - 5:03
Statistiques
Nous avons 1659 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Lo_h

Nos membres ont posté un total de 355786 messages dans 12354 sujets
anipassion.com

Je suis retourné à Samara 14 Illustration Brase d'Anjou

Aller en bas

Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Empty Je suis retourné à Samara 14 Illustration Brase d'Anjou

Message  william1941 le Jeu 3 Sep 2020 - 1:11

Vendredi 30 septembre 1983
 
Réveil à cinq heures.
Ils sont sérieux au Ritz Carlton d’Atlanta. Je pourrai le confirmer.
Je rappelle que j’attends un petit déjeuner à cinq heures trente.
« Certainement Monsieur. Petit déjeuner continental. Bonne journée Monsieur. »
Attrape ça !
Bon je suis mal réveillé.  Je prends tout de travers.
Salle de bain. J’ai le temps de m’habiller avant l’arrivée du chariot.
Je laisse le garçon installer son affaire sur la table du salon.
Toujours le même tintouin : argenterie, porcelaine, cristal. 
« - Tea, coffee, chocolate, sir.
- I will manage
- Thank you Sir »
Et il disparait.
J’opte pour le café. Il est bon.
Je finis rapidement de m’alimenter. Je me prépare pour partir.
Toujours commencer par les choses importantes :
Pipe et blague dans la poche de la veste du deuxième costume.
Vérification du porte-document noir.
Dossier numéro 3 . Billets d’avion.
Sur le bureau :numéro 4, retour en France.
Je les mets dans mon sac.
Je prends des dollars. Je les place dans le porte-document avec mon passeport.
Je me prépare à sortir, reviens au bureau, prend le l’enveloppe du dossier retour, l’embarque dans le porte-document.
Je jette un regard circulaire. Ne rien oublier.
Je descends
Je me dirige vers la porte.
Il n’est que six heures vingt.
Il y a plusieurs taxis garés sur la file réservée.
A cet instant un client sort de l’hôtel, salué par le portier.
« Taxi please. »
Le portier fait un signe du bras.
Le premier taxi avance jusqu’à la porte et embarque le client.
Un chasseur sort, avance, fais un geste de la main.
Une voiture s’extrait de la file et viens devant la porte de l’hôtel.
Le chasseur m’ouvre la portière.
« - Please, Sir. »
Je monte et il referme.
« Good morning sir. »
On démarre aussitôt.
Je n’ai pas dit un mot.
Voilà qui est étrange: Je reste silencieux et le chauffeur ne me demande rien.
J’attends. Il roule. Je me rends vite compte que nous allons vers l’aéroport.
Voilà qui confirme ce que je pensais. On ne m’a pas logé au Ritz par hasard.
Nous arrivons à l’aéroport. Le chauffeur va directement aux entrées portant l’indication Domestic Flight Departure. Il s’arrête parmi tous les véhicules déposant des passagers. Et il y en a beaucoup à cette heure-là.
Il ne regarde même pas son compteur. Je descends. II disparait dans la circulation.
J’entre dans le hall, consulte les tableaux d’affichage.
Il y en a trois qui n’arrêtent pas de cliqueter. On dirait des mitraillettes.
Je sors mon billet aller, cherche mon vol sur les tableaux.
08.30. WN 87. INDIANAPOLIS. ON TIME. CHECKING . 12 to 16
Je me dirige vers les comptoirs d’enregistrement.
Ils sont ouverts.
Billet. Passeport. Carte d’embarquement. Have a good flight.
L’employée n’ouvre même pas mon passeport.
Vol intérieur. Pas de contrôle de police.
Je me rends en salle d’embarquement.
Dans un fauteuil. Je regarde.
Il y a des policiers qui circulent dans la salle et s’adressent à certains passagers.
Je commence à m’inquiéter.
L’un d’eux passe devant moi. Il ne me regarde même pas !
Ils quittent la salle.
Je dois avoir le cœur à 150 et mon taux d‘adrénaline doit correspondre à celui d’un soldat au combat.
Finalement, nous embarquons sans problème.
Arrivée à Indianapolis.
Je débouche dans le hall. Dix heures trente.
Une espèce de géant noir en tenue de chauffeur bleu marine, boutons et galons dorés, tient une affichette ‘’Mr. FORTRAIN’’.
Tiens, lui ne m’a pas reconnu ?
Je m’avance vers lui.
Il prend sa casquette à la main.
« Bonjour, monsieur Fortrain.
Si vous voulez bien me suivre. Monsieur Rolite vous attend dans la voiture »
 Oups !
Tout cela dans un français sans le moindre accent local.
Je le suis jusqu’à une porte de sortie devant laquelle est stationnée la voiture que j’ai toujours rêvé d’avoir :
Un splendide Lincoln Continental town car bordeaux.
 Ça, c’est une voiture !
Un homme est assis à l’arrière. Le chauffeur m’ouvre la porte.
« Asseyez-vous, je vous en prie monsieur Fortrain » Là aussi un français impeccable.
Il remarque ma surprise. « Ma mère était française et j’ai passé une partie de mon enfance et de ma jeunesse à Lyon. Je vais souvent en France. André, mon chauffeur est Martiniquais »
Je suis pris de court par cet accueil.
« Je suis heureux de faire votre connaissance monsieur »
Et je pense ‘’mais je n’ai pas fait presque deux heures d’avion pour ça’’.  Je cale quand même dans un coin de ma mémoire le ‘’Je vais souvent en France’’. Il semble avoir capté ma pensée « Bien. Ce n’est pas pour vous dire cela que je vous ai demandé d’accepter d’avancer notre rendez-vous. » Cela est dit sur un ton qui vous fait comprendre que le ‘’demandé d’accepter ‘‘ est une pure formule de politesse. Cet homme c’est clair, est habitué à donner des ordres… et à être obéi.
Je le regarde en essayant de le faire discrètement. Une bonne soixantaine d’année, les cheveux blancs, de taille apparemment plutôt moyenne. Cependant quelque chose dans son maintien est bizarre.
Il reste un instant silencieux puis reprend la parole :
«  Si vous le voulez bien nous viendrons à la partie officielle de votre visite après le déjeuner. Je souhaite auparavant aborder avec vous un sujet plus… confidentiel.
J’aimerais savoir que vous accepterez de ne rien révéler de ce que je vais vous dire. »
Je ne lui réponds pas immédiatement. La formulation alambiquée de la requête, l’engagement sur l’honneur qu’elle contient de manière implicite, tout ce qui a précédé ce rendez-vous depuis trois jours, m’incite grandement à la prudence.
Il ne s’offusque pas de mon silence et attend apparemment patiemment ma décision.
Moi ? Je réfléchis :
Je suis en ‘’mission de leurre’’ pour le Ministère de la Défense si de Lavière ne m’a pas raconté des histoires.
Je ne connais pas ce Rolite et je ne sais pas du tout ce qu’il peut mijoter.
Je me décide pour la tirade grandiloquente. Je verrai bien sa réaction.
« Monsieur, vous me demandez de vous assurer que ce que vous voulez me confier ne sera pas divulgué par moi. Avant de vous répondre j’ai besoin d’avoir la certitude que rien de ce que vous pourriez m’apprendre ne me mettrait en difficulté avec le respect de mes obligations tant professionnelles que nationales.
Il me regarde l’air un peu surpris.
- Cela, je peux vous en donner l’assurance. Ce serait même plutôt… l’inverse.
Là, celui qui est surpris, c’est moi.
- Dans ce cas, je vous écoute. »
Il tape contre la vitre de séparation avec le pommeau d’une canne que je n’avais pas vue.
La voiture démarre.
Je le sais parce que le paysage défile. C’est bien le seul indice.
Nous roulons un moment.
 Il ne dit rien.
Je n’ai rien à dire !
Nous traversons une rivière et peu après pénétrons d’un terrain de golf.
Nous arrivons devant un grand bâtiment moderne.
Il y un parking juste à côte mais André s’arrête sous le porche de l’entrée.
Un panneau de cuivre un peu cabossé, mais brillant comme de l’or, porte en lettres gravées noires :
COUNTRY CLUB OF INDIANAPOLIS
Since June 4, 1891
Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Golf1410



André vient m’ouvrir la porte, puis passe par l’arrière de la voiture pour ouvrir à Monsieur Rolite.
Il sort péniblement en s’aidant des mains. Ce met debout avec deux cannes.
Manifestement il a des jambes artificielles.
 
Je dois le regarder avec un peu trop d’insistance. Il croise mon regard: « Bastogne 25 décembre 1944. J’avais vingt ans. Mon cadeau de Noël. »
Je suis vraiment très mal.
Il me fait un grand sourire : « On y va ? » et il s’avance vers la porte, André derrière lui.
Nous entrons. Un majordome en uniforme se précipite et le salue d’un respectueux« Sir, it is so a real pleasure to see you  again »
Nous avançons dans un hall empli de vitrines contenant des trophées de tennis et de golf.
Avec André et le majordome toujours derrière Rolite
Il se tourne vers moi « Allons discuter, nous déjeunerons ensuite 
Puis au majordome:  Is there a small private lounge available?  
- Always Sir
Il n’a pas dit ‘For you always’. C’était manifestement implicite. Genre ’’s’il le faut on virera quelqu’un’’
This way please ». Un garçon nous précède, lentement.


Dernière édition par william1941 le Sam 5 Sep 2020 - 0:14, édité 1 fois
william1941
william1941
Poète, barde, troubadour...

Messages : 401
Date d'inscription : 03/04/2020
Age : 79
Localisation : Garrigue et méditerranée. studio à Paris

Revenir en haut Aller en bas

Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Empty Re: Je suis retourné à Samara 14 Illustration Brase d'Anjou

Message  Arnaud57 le Jeu 3 Sep 2020 - 8:01

Une seule chose à dire, vivement demain pour la suite

____________________________________________________________________________________________________________________________
Arnaud

Pétuneur Amateur
Arnaud57
Arnaud57
Nouvelle tête
Nouvelle tête

Messages : 116
Date d'inscription : 18/08/2018
Age : 48
Localisation : Thionville

Revenir en haut Aller en bas

Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Empty Re: Je suis retourné à Samara 14 Illustration Brase d'Anjou

Message  Brase d'Anjou le Jeu 3 Sep 2020 - 12:17

Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Golf_i10
Brase d'Anjou
Brase d'Anjou
Habitant récent
Habitant récent

Messages : 442
Date d'inscription : 22/05/2020
Age : 55
Localisation : Campagne angevine à l'ouest d'Angers

Revenir en haut Aller en bas

Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Empty Re: Je suis retourné à Samara 14 Illustration Brase d'Anjou

Message  william1941 le Jeu 3 Sep 2020 - 14:01

Brase d'Anjou a écrit:Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Golf_i10
Merci pour cette photo
La plaque en cuivre, sur le côté de la porte d'entrée du club house si rien n'a changé en quarante ans, ce qui m'étonnerait aux USA, provenait du deuxième club house qui a subit un deuxième incendie je crois dans années 30.
william1941
william1941
Poète, barde, troubadour...

Messages : 401
Date d'inscription : 03/04/2020
Age : 79
Localisation : Garrigue et méditerranée. studio à Paris

Revenir en haut Aller en bas

Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Empty Re: Je suis retourné à Samara 14 Illustration Brase d'Anjou

Message  Brase d'Anjou le Jeu 3 Sep 2020 - 14:52

Je l'ai longuement recherchée cette plaque en cuivre  Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou 188893256
Désormais, elle doit certainement trôner sur l'un des murs du nouveau club-house.
Brase d'Anjou
Brase d'Anjou
Habitant récent
Habitant récent

Messages : 442
Date d'inscription : 22/05/2020
Age : 55
Localisation : Campagne angevine à l'ouest d'Angers

Revenir en haut Aller en bas

Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Empty Re: Je suis retourné à Samara 14 Illustration Brase d'Anjou

Message  william1941 le Jeu 3 Sep 2020 - 14:59

Brase d'Anjou a écrit:Je l'ai longuement recherchée cette plaque en cuivre  Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou 188893256
Désormais, elle doit certainement trôner sur l'un des murs du nouveau club-house.
Aucune idée.
Cela fait pas loin de 40 ans que je n'ai pas remis les pieds à ce country club.
Même si je suis retourné plusieurs fois depuis à Indianapolis.
william1941
william1941
Poète, barde, troubadour...

Messages : 401
Date d'inscription : 03/04/2020
Age : 79
Localisation : Garrigue et méditerranée. studio à Paris

Revenir en haut Aller en bas

Je suis retourné à Samara 14  Illustration Brase d'Anjou Empty Re: Je suis retourné à Samara 14 Illustration Brase d'Anjou

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum