A la Noble Bouffarde
Bonjour,
Ce site traitant de sujets comme le tabac ou l'alcool dont les effets sont néfastes pour la santé, nous vous demandons donc DE NE PAS VOUS INSCRIRE SUR CE SITE NI MEME LE VISITER SI VOUS N'ETES PAS MAJEUR. Merci par avance de votre compréhension.

SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 22 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 22 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 248 le Dim 2 Fév 2020 - 5:03
Statistiques
Nous avons 1657 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est PESCAROLO Pier Dante

Nos membres ont posté un total de 355674 messages dans 12347 sujets
Le Deal du moment :
Grosse promo sur la Trottinette électrique ...
Voir le deal
199.99 €

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Le Passeur le Dim 3 Mai 2015 - 18:18

Guêpes


Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Guypes10

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Couver10


Avant-dire: Je sais bien que ce n’est nullement nécessaire, d’autant que je n’y parle que de moi, de mon travail et de ce que je produis. Il y a un certain temps que je n’ai pas ajouté quelques lignes dans cette bibliothèque où je prends d’ailleurs trop de place… disons que c’est une façon de me prouver à moi-même que je continue d’exister. Suspect

La genèse: Des difficultés (bien réelles) avec différentes maladies et / ou insectes (dont la Tordeuse du bourgeon de l’épinette) sont à la base depuis de nombreuses années, de maladies qui créent des ravages dans les forêts du Québec. J’ai toujours dit que je refusais d’écrire une histoire qui ne m’apprendrait rien. Je me suis donc rendu à l’Insectarium de Montréal (qui venait d’ouvrir ses portes) en quête d’informations. Je n’ai jamais cherché à le cacher, je n’ai rien de l’entomologiste et je tenais à ce que mon roman soit crédible. Non seulement je n’ai pas eu les infos demandées, mais encore quoique j’aie payé mon droit d’entrée, j’ai été vertement, manu militari, mis à la porte, ce qui explique la mention dans les remerciements.  Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 188893256

Synopsis: L’action se passe au Québec, sur fond de Three Miles Island ou de Tchernobyl, mais pas à cause des radiations cette fois-ci; la menace est beaucoup plus « animale », tant sur un plan génétique que sur un plan politico-économique. Toutefois, cela a-t-il de l’importance… (Tiré de la recension du journaliste Georges Gaudet / hebdo Le Radar)

A posteriori: Après lui avoir remis copie d’une version intérimaire du roman, j’ai demandé à l’artiste Daniel Gautier de bien vouloir me créer une illustration de couverture. Je ne lui ai exprimé aucun pré-requis, ce qui me paraît normal puisque de personne, je n’accepte de balise quand j’entre en production. Tout au plus, lui ai-je donné les dimensions du livre que j’espérais faire accepter. J’avoue que j'ai été surpris par sa perception de mon histoire.
Lorsque le tout se fut retrouvé sur le bureau de mon éditeur, lequel a des idées bien arrêtées sur l’art et n’entend pas y déroger, il m’a «fait comprendre» dans un premier temps qu’il n’aimait vraiment pas l’illustration de Daniel Gautier; dans un deuxième temps, il m’a affirmé que mon roman n’avait nul besoin d’une illustration de couverture.
Peut-être. Malheureusement il eut besoin d’un éditeur prêt à le défendre, ce qu’il n’a pas eu. Des commentaires (de particuliers) qui sont arrivés jusqu’à moi, tous font état de son statut de « best seller en puissance ». Je parle de commentaires «de particuliers» parce que les critiques professionnels (ça me fait curieux de parler de professionnels au sujet d’individus qui font profession de vomir dans la soupe dans le but d’en avoir davantage à manger… Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 3548118593 ) se désintéressent de mon travail.
J’ai même eu droit à une proposition d’adaptation cinématographique. Malheureusement, l’offre n’a pas eu de suite, le cinéaste étant dans l’incapacité de trouver le financement nécessaire. 

Un aperçu:

REMERCIEMENTS
et autres considérations


Je tiens à exprimer toute ma gratitude aux bio-chimistes Nicolas Cermakian, Véronique Pomerleau et Laurent Merguerat (ce dernier se doublant d'un traducteur), aux vétérinaires Caroline Fortin et Pierre Olivier, de même qu'à la biologiste Maryse Giguère qui m'auront été d'un précieux secours, des guides généreux ayant suivi la rédaction de ce roman, le jugeant avec toute la rigueur et la célérité de leur art respectif et leur intérêt pour le mien. Merci également au psychiatre Guy Lanctôt qui, outre son amitié, m'a gratifié de généreux conseils malgré sa charge de travail. Chacune, chacun aura d'ailleurs investi nombre d'heures dans ce travail de révision sans jamais ronchonner autrement que pour me souligner des incohérences imputables à mon ignorance. Ces scientifiques ont fait leur possible, mais j'ai la tête dure...
Le biologiste Pierre-M. Marotte du ministère de l'Énergie et des Ressources québécois aura également fait preuve de bonne volonté et aura été un aide précieux en m'aiguillant vers des sommités dans les domaines impliqués, entomologie, microbiologie. S'ils ont fait fi de ma correspondance, lui n'est, à tout le moins pas à blâmer.
Peut-être mon roman eût-il pu être plus réaliste, plus juste sur un plan entomologique, mais comme ce n'est pas ma spécialité, j'ai fait avec ce qui était disponible, avec les réponses qu'on a bien voulu me donner... quand on a accepté de le faire. Mes erreurs ─ que je revendique pour moi seul et me reviennent de droit ─ ne pourront en aucun temps être imputés à l'Insectarium de Montréal qui a bien voulu, avec toute l'ouverture d'esprit de ses dirigeants [sic], rejeter une après l'autre, la totalité de mes demandes d’information.

G.P.


A mon frère Sylvain,
comme un souvenir des temps anciens de notre enfance où nous allions, lui et moi, au cinéma pour nous gaver de la frayeur des autres...

G.P.



"...et il émit l'opinion que quiconque pourrait faire pousser deux épis de blé, ou deux brins d'herbe, à un endroit du sol où un seul croissait auparavant mériterait bien plus de l'humanité et rendrait un service plus éminent à son pays que la race tout entière des politiciens..."

─ Jonathan Swift
  Les Voyages de Gulliver


PROLOGUE



Dehors, les grillons chantent et les crapauds en mal d'amour coassent à rendre l'âme, pendant que, à l’intérieur, affalé dans son fauteuil, le ministre a la tête ailleurs. Dans sa main gauche, comme un chef d’accusation, il tient nonchalamment une feuille à en-tête thermogravé arborant le logo de l'Association forestière du Québec.
Inconsciemment, le pouce gauche du ministre passe et repasse sur le «A» stylisé en forme d'épinette. Son œil, rêveur, fixe sans les voir les méandres des branches bétulaires effeuillées tenant lieu de «Q» sur le papier haut de gamme.
Combien de fois a-t-il relu cette lettre maudite? Il ne le sait plus lui-même. Mais il la connaît par cœur. Jamais, aussi loin qu'il puisse se souvenir, il n'a eu un dossier aussi difficile à gérer. Et maintenant, non seulement en a-t-il plein les bras, mais encore par-dessus la tête. Cependant, il tient une carte maîtresse en main.
Jamais, en effet il n'aurait cru le président de l’Association forestière du Québec suffisamment inconséquent pour mettre par écrit les propos qu'il a entre les mains. Comment celui-ci a-t-il pu faire pour se permettre un tel écart à la loi non-écrite qui veut que, justement, les menaces ne doivent jamais être écrites?

Jean-Pierre Laforest, le ministre au nom prédestiné, comme se plaisaient à l'appeler ses collègues du Cabinet, repasse dans son esprit les six derniers mois de sa vie professionnelle et tout ce qui lui revient en mémoire, ce sont toutes les choses qui se sont passées depuis le jour de réception de cette fameuse lettre. Comme si cette dernière avait occulté tout ce qui l’entourait ou lui était étranger. Le projet de loi conjoint avec le ministre des Sports, des Loisirs et de la Nature visant à redonner au contribuable, accès aux forêts de la Couronne n'a plus le moindre intérêt pour lui.
N'eut été de cette lettre qui le hante jour et nuit depuis que les choses ont commencé à mal aller, Jean-Pierre Laforest aurait tout lieu d'être fier de sa carrière politique. Elle est entièrement dépourvue de tache. Sauf qu'il y a cette maudite lettre. Elle le poursuit, l'empêche de se reposer, même dans son sommeil. Qui n'est plus, depuis longtemps, relaxant.
Même dans son sommeil il revoit le visage osseux du secrétaire de l'AFQ, à l'autre extrémité de la table de séquoia, exagérément longue sur laquelle les quelques grands argentiers de la forêt publique québécoise prennent toutes leurs décisions. Les bonnes comme les mauvaises.
Mais il n'a que faire de ce secrétaire décharné. L'homme au corps tellement maigre qu'il doit fuir les chiens n'est, après tout, qu'un sous-fifre, un faire-valoir contraint d'exécuter servilement les basses œuvres de ses employeurs.
«Finalement c'est quelqu'un qui me ressemble, convient le ministre. Tout comme moi il fait un travail sale; comme moi, il doit rendre des comptes; comme moi, il est pris entre l'arbre et l'écorce.»

S'il n'était pas ministre des Forêts, le prédestiné trouverait cocasse cette allusion à l'arbre et à son écorce. Mais dans les circonstances, ça ne l'intéresse pas de s'attarder à ce genre de frivolités. Plus maintenant. Surtout maintenant que la forêt est devenue impénétrable.
Par sa faute, par sa seule et unique faute, non seulement les représentants de l'AFQ n'ont-ils pas obtenu ce qu'ils voulaient, mais la situation s'est détériorée à un point tel que les forêts sont désertées. Pas seulement les forêts, d'ailleurs. Le Québec au complet et, avant longtemps, le Canada, puis l'Amérique du Nord. Pour ce qui est du reste...
C'est ainsi qu'on aboutit, à cinquante-trois ans, à un tournant. Une vie entière de durs labeurs, d'intégrité, où on s'était toujours promis de n'en faire qu'à sa propre tête ou, à tout le moins, n'écouter que son cœur et sa propre raison pour avancer sur le chemin de la vie. Et tout ça, foutu en l'air avec un seul mot, prononcé plus ou moins six mois plus tôt, le jour où il a reçu cette lettre maudite. Un seul petit mot de neuf lettres.
Neuf lettres pour anéantir le Québec. Pas le rayer de la carte, non! En faire le lieu d'où émanent tous les maux. Et dire qu'on était bien, avant que le ministre prédestiné ne prononce ce malheureux petit mot de neuf lettres.

Il y avait un taux de chômage oscillant aux environs de treize pour cent; il y avait une dette accumulée, pour la seule province, qui frôlait les cinquante milliards; il y avait la famine dans de nombreux recoins de la province, bien qu'on s’organisât pour la taire; il y avait des conflits ouvriers dans de nombreux secteurs de l'économie; il y avait l’éternelle lutte intestine entre le Québec et le Canada sur le plan constitutionnel; il y avait un premier ministre à Ottawa, issu du Québec, comme tant d'autres et qui, comme tant d'autres avant lui, avait promis de mettre le Québec au pas de la Confédération; il y avait...
Mais de tout ça, que reste-t-il maintenant? Ou plutôt, qu'est-ce qui est changé? La dette de la province est tout aussi élevée et ce n'est que le début. Au cours des prochaines années, le Québec croulera sous son déficit, encore qu'on peut s'attendre à ce que les autres pays viennent à la rescousse du Canada et, par le fait même, du Québec. Parce que même le Canada ne pourrait pas venir, à lui seul, à bout de ce fléau. Ni pour en trouver la solution, ni pour éponger les coûts engendrés par ce cataclysme.
On se fout des chicanes constitutionnelles lorsqu'on a des problèmes comme ceux qui sont actuellement nôtres. Le Premier ministre fédéral? Peu importe. Que ce soit lui ou un autre, il n'y a aucune issue possible. Le Québec est ruiné, tout comme le Canada. Quant à la famine, mieux vaut ne pas en parler. Et les conflits ouvriers? Il n'y a plus de conflit,  nulle part, parce qu'il n'y a plus d'ouvrier. Où que ce soit.

Plus personne ne travaille, parce que tout le monde se sent traqué, donc se terre. Et tout le monde se terre parce que tout le monde a peur. Envoyer l'armée? Pour aucune considération un militaire n'oserait traverser les frontières du Québec pour refaire le coup d'Octobre '70. Les militaires savent bien que, s'ils ont un minimum d'une chance sur deux de revenir de la guerre, la situation est bien différente pour ce qui est du Québec. Un soldat qui y viendra, que ce soit pour tenter de rétablir l'ordre ou pour une autre raison, est un soldat qu'on ne reverra plus. Probabilités de l'énoncé: 100%.
Et tout ça, pour un petit mot prononcé par un ministre au nom prédestiné qui se croyait trop malin pour tenter de se servir de cette masse grise qui, exception faite de la masse osseuse, prenait tout l'espace entre ses deux oreilles. Parce que le ministre en question n'a pas été capable de se fier à ce que lui disait son personnel. Un beau résultat, tout compte fait.
Jean-Pierre Laforest n'a plus de confident, plus de chauffeur, non plus que de secrétaire. Quant au reste du personnel, c'est du pareil au même. Tout le monde se terre là où il est et, pour aucune considération, personne ne sortirait de sa cache. Si au moins c'était le fruit d'un accident nucléaire, on aurait tout lieu de garder espoir. On a vu Three Miles Island, Tchernobyl et bien d'autres, sans pour autant mettre la population du globe en danger.
Bien sûr, on a bouffé des radiations et on en bouffera encore pendant longtemps, mais qu'est-ce que c'est, quelques radiations, en comparaison de ce qui attend le monde? Qu'est-ce que c'est, Hiroshima, à côté du Québec? Une molécule dans l'océan...!

Neuf lettres! Et c'est la terreur. Une terreur d'autant plus diabolique qu'elle empêche même la radio et la télévision d'en faire état, parce que maintenant, aucun journaliste ne serait assez bête pour se risquer à venir au Québec afin d'y voir ce qui se passe. Pour les mêmes raisons qu'on ne voit pas de soldats. Personne ne voudrait venir voir. Soldats et policiers ont abdiqué. Quant aux touristes, comme ils tiennent à leur vie, ils se tiennent loin; même loin des albums de photos leur rappelant le Québec.
Et les journaux? Les journalistes de la presse écrite ne sont pas mieux que les autres. Ils sont même dans une situation plus précaire parce qu'on a besoin de plus de personnel pour produire un journal que pour diffuser un bulletin spécial à la radio ou à la télévision. Alors les journalistes de la presse écrite restent eux aussi chez-eux. Ils n'ont, au fond, rien d'autre à faire.
Neuf lettres qui, d'ici six mois, un an tout au plus, arrêteront le supposé immuable cours du temps.
Passer à l'histoire? Ne serait-ce qu'il y a six mois et demi, Jean-Pierre Laforest l'espérait. Davantage, il y croyait. Plus maintenant. Parce que c'est ici que s'arrête l'histoire de l'humanité. Arrêtée parce qu'un ministre a décidé de courber l'échine devant les intérêts de multinationales qui lui ont refait le sempiternel coup des menaces et qu'il s'est aplati devant elles. Comme un chien soumis.
Que ne donnerait pas Jean-Pierre Laforest pour revenir en arrière! Que ne ferait-il pas pour n'avoir jamais prononcé ce mot de neuf lettres, ce mot qui n'a pas même pris une seconde à prononcer, qu'il a prononcé bien haut, pour que tout le monde comprenne que c'était lui, dans son bureau, à son ministère, qui donnait les ordres. Non, il n'a pas lieu d'être fier de sa toute-puissance ministérielle.

Fini le temps où il pouvait sortir de son bureau et aller se promener, escorté par les agents de la Sûreté du Québec, s'arrêter sur la rue Saint-Jean pour bouquiner, pour y prendre un verre. Aujourd'hui, même la Sûreté a la trouille. Question sûreté, c'est plutôt la débandade face au fléau. Mais comment le leur reprocher?
Finies, les sorties en cachette pour aller à la chasse aux mineures dans les parcs de la vieille capitale. Ce temps-là est passé et bien révolu. A jamais! Le prédestiné se terre dans son bureau et attend l'inexorable fin. Plus de mineures, plus d'épouse, plus d'enfants. De toute façon, ce n'est qu'une question de quelques jours, quelques semaines tout au plus.
Il est loin le temps béni où les électeurs se plaignaient pour un rien, lui faisaient les gros yeux ou lui proféraient des insanités dans la rue parce qu'ils n’approuvaient pas ses politiques. Loin aussi celui où il pouvait appeler sa secrétaire, juste pour affirmer son autorité ministérielle, et lui demander un café; ou lui demander d'envoyer le chauffeur à la pâtisserie avoisinante acheter une demi-douzaine de beignes pour prendre avec son café, juste pour le plaisir de diriger.
Tout aussi loin celui où il pouvait, lorsqu'il était encore enseignant, aller prendre une bière en compagnie de collègues de travail, en compagnie d’étudiantes auxquelles il en profitait pour faire des avances sous promesse de faveurs à venir sur les corrections des examens ministériels. Tout ce temps est anéanti. Et par sa seule faute encore.

Il n'a pas même le luxe de se dire que c'est la faute de quelqu'un d'autre. Ou si peu. S'il s'était tenu debout devant les bonzes de l'AFQ, ces derniers auraient peut-être fait ce qu'ils avaient prétendu, mais même s'ils avaient mis leurs menaces à exécution, le résultat eut été de loin moindre qu'il n'est actuellement. Évidemment, il y aurait du chômage. Et il aurait grimpé en flèche. Mais au moins il y aurait encore du travail pour quantité de gens. Que reste-t-il de tout ça, aujourd'hui? Un cauchemar dont personne ne peut se réveiller parce que personne n'arrive plus à dormir par crainte de l'envahisseur.
Pas plus que quiconque, Jean-Pierre Laforest n'a ouvert les persiennes de son bureau depuis des semaines. Pas plus que quiconque, il n'ose regarder par la fenêtre parce qu'il craint de voir ce qui se passe hors de son bureau. Il craint de voir l'évolution des dégâts. Il craint de voir la progression de cette catastrophe qu'il a mise en branle.
Rien ne sert de nier l'évidence, le ministre prédestiné se terre. Depuis trois jours, il ne s'est pas rasé pour économiser l'eau. Sa dernière douche remonte à deux semaines, encore qu'il n'est resté sous le jet que cinq minutes, également pour économiser l'eau. Tout simplement parce que lui-même n'arrivait plus à supporter l'odeur qu'il dégageait: les effluves de la peur.
Ce matin, il a mis à la porte son commissionnaire. Même sachant qu'il le condamnait à une mort certaine. Sans aucun remords, il l'a personnellement coincé entre les doubles portes et a ouvert électroniquement celles donnant sur l'extérieur. Heureusement que ses bureaux sont équipés de génératrices.

Et le ministre prédestiné n'a aucun regret. Il a fait d'une pierre deux coups: premièrement il a puni le commissionnaire parce qu'il l'a pris sur le fait, en train de dérober une ration supplémentaire de nourriture, amenuisant ainsi les chances de survie de ses collègues de travail et, en même temps, il a pu revoir de ses yeux, comment ça se passait et ce, sans aucun danger pour lui: c'était à faire frémir. D'autant moins de remords que Jean-Pierre Laforest avait fait afficher une directive en ce sens partout dans l'édifice. L'affiche était, on ne peut plus explicite:


─ Avis ─
Pour aucune considération, il ne sera toléré que qui que ce soit, quel que soit son statut, son ancienneté, son titre ou ses privilèges antérieurs, emprunte ou dérobe, sur ses propres rations ou celles de ses collègues, eau, nourriture ou tout autre objet qui pourrait mettre en danger la sécurité d'une ou plusieurs personnes présentes dans cet édifice; tout manquement à cet avis par un individu, qu'il soit pris sur le fait et dénoncé par un ou une collègue ou qu'il soit soupçonné de s'être adonné à une pratique contraire à cette ordonnance sera puni sur-le-champ et la personne fautive ou présumée telle sera expulsée de l'édifice avec les conséquences qu'on peut imaginer.

J.-P. Laforest, min.


Sans aucune honte, sans arrière-pensée, le ministre prédestiné avait apposé son paraphe au document avant que des photocopies en soient faites et distribuées à chaque étage, à chaque bureau et à chaque employé de l'édifice, comme ça avait également été fait pour les agents de sécurité qui assuraient la garde du souterrain reliant les quartiers-généraux du ministère et le bunker du Cabinet.
Pendant les premières journées qui ont suivi le placardage de l'ordonnance, on a eu droit à des règlements de compte en douce. Certains fourbes n'allaient pas se priver de dénoncer des innocents, augmentant d'autant les réserves de chacun, puisque celles appartenant au fauteur ou supposé tel, étaient redistribuées parmi ceux qui restaient sitôt qu'il avait été expulsé. Cependant, assez rapidement, les choses s'étaient ajustées et tout le monde demeurait sur le qui-vive, redoublant d'honnêteté.
D'aucuns parlaient de chantage bassement fait à l'endroit de l'un ou l'autre des employés du ministère par d'autres membres du personnel qui réclamaient des faveurs diverses avec menace de dénonciation si l'individu n'obtempérait pas ou s'il parlait, mais depuis le temps que les bureaux du Ministère sont devenus un véritable blockhaus, plus personne ne se formalise de ce mode de fonctionnement. Par ailleurs, la situation s'est résorbée.
A l'image de ce qui se passe à l'extérieur, l'édifice est devenu une véritable jungle où chacun cherche à sauver sa peau, où «chacun pour soi» est le mot d'ordre général.
Le Québec est assiégé de l'intérieur et les bureaux du Ministère des Forêts ne sont pas davantage dans un état très enviable. Tout ça parce que l'honorable Jean-Pierre Laforest a prononcé un mot de neuf lettres de trop. Il eut été mieux de ne rien dire...


©️ Gervais Pomerleau

____________________________________________________________________________________________________________________________
La mort n'est pas la pire perte dans la vie;
le pire, c'est ce qui meurt en nous alors que nous vivons.   —
Norman Cousins

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Skulln11
Le Passeur
Le Passeur
Monument

Messages : 11884
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 68
Localisation : Roxton Falls / Québec

http://passeur.chez.com/croissant.html

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Algir le Dim 3 Mai 2015 - 19:30

Brrrr, neuf lettres rien que ça, quel scénario inquiétant ! Et pour arriver à tes fins toutes tes demandes rejetées par l'insectarium et toi avec, on serait en droit de se demander si cela fait également partie de l'intrigue, mais j'ai bien peur que non.

Quoi qu'il en soit, c'est sur, ça donne envie d'en savoir plus.

chapeau

____________________________________________________________________________________________________________________________
Pétuner, subst. masc. verbe intrans. Fumer. Ça, monsieur, lorsque vous pétunez, La vapeur du tabac vous sort-elle du nez sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée? (Rostand, Cyrano, 1898, I, 4, p.42).D'autres rêveurs, accotés aux cloisons enfumées des brasseries et des tavernes pour (...) allumer et suçoter amoureusement leur pipe, pétuner et souffler de la fumée (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.252).

Pétuneur, subst. masc.Celui qui aime fumer, qui fume beaucoup. Batailleurs (...) soiffards jamais désaltérés (...) pétuneurs, chanteurs et conteurs bien disants (...). Ils soulèvent comme des plumes les coffres bardés de fer (Genevoix, Routes avent., 1958, p.133).
Algir
Algir
Motard pipeux
Motard pipeux

Messages : 1399
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 54
Localisation : Chablais

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Invité le Dim 3 Mai 2015 - 20:56

Sacrée entrée en matière ! Tu nous fais peur, et tu nous mets l'eau à la bouche en même temps mon cher Passeur...
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Le Passeur le Dim 3 Mai 2015 - 21:42

Allez, je serai pas cochon; m'en reste quelques exemplaires. Ce roman se vend normalement 26,95 ( soit 19,75 €). Ceux qui seraient éventuellement intéressés, je vous le fais à 10,00$ soit 7,33 € plus les frais de poste sur lesquels je n'ai pas de ristourne Suspect. Je ne sais pas, cependant, pour le moment, à combien reviennent les frais de poste. En outre, pour ceux qui sont intéressés, une belle dédicace bien personnelle, écrite à la main de sorte que vous serez incapables de la lire  Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 2866713653
Par ailleurs, à titre indicatif, a critique reçue d'une amie en Suisse:

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Captur11

____________________________________________________________________________________________________________________________
La mort n'est pas la pire perte dans la vie;
le pire, c'est ce qui meurt en nous alors que nous vivons.   —
Norman Cousins

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Skulln11
Le Passeur
Le Passeur
Monument

Messages : 11884
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 68
Localisation : Roxton Falls / Québec

http://passeur.chez.com/croissant.html

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  little smoke le Lun 4 Mai 2015 - 9:46

Qu'est-ce qu'il a foutu Laforest Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 2967956520 ?

Quelle mouche l'a piqué oserais-je demander Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 188893256 ?
Tu devrais nous proposer une saga en exclusivité "ALNB" en 15 épisodes cher ami Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 2524151128 !

____________________________________________________________________________________________________________________________
Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 1062px-2007-09-02_Le_Chasseron_02

"Tous les êtres de l'Univers sont contenus dans la Pipe, et ils fument avec vous pour envoyer une voix à Wakan Tanka, le Grand Esprit. Lorsque vous priez avec cette Pipe, vous priez pour toutes les choses de l'Univers, et toutes les choses de l'Univers prient avec vous"
Black Elk (Oglala Lakota)
little smoke
little smoke
Légende

Messages : 21988
Date d'inscription : 14/09/2013
Age : 45
Localisation : Suisse méridionale...

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Le Passeur le Lun 4 Mai 2015 - 14:59

little smoke a écrit:Qu'est-ce qu'il a foutu Laforest Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 2967956520 ?
Quelle mouche l'a piqué oserais-je demander Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 188893256 ?
ah il a foutu la merde. quant à la mouche, disons qu'elles sont à ce point nombreuses, les mouches, que c'est difficile de savoir laquelle est responsable.Ou si tu préfères, ce pourrait être ce qu'on appelle l’appât du gain What a Face
Enfin, c'est ce que je pense, parce que moi, pour ce qui est de l'importance de ce que j'en dis... sérieusement, faudrait demander au ministre Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 1297996604

____________________________________________________________________________________________________________________________
La mort n'est pas la pire perte dans la vie;
le pire, c'est ce qui meurt en nous alors que nous vivons.   —
Norman Cousins

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Skulln11
Le Passeur
Le Passeur
Monument

Messages : 11884
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 68
Localisation : Roxton Falls / Québec

http://passeur.chez.com/croissant.html

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  little smoke le Lun 4 Mai 2015 - 15:03

Si Laforest a foutu la merde, pas étonnant que les mouches rappliquent héhé !

____________________________________________________________________________________________________________________________
Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 1062px-2007-09-02_Le_Chasseron_02

"Tous les êtres de l'Univers sont contenus dans la Pipe, et ils fument avec vous pour envoyer une voix à Wakan Tanka, le Grand Esprit. Lorsque vous priez avec cette Pipe, vous priez pour toutes les choses de l'Univers, et toutes les choses de l'Univers prient avec vous"
Black Elk (Oglala Lakota)
little smoke
little smoke
Légende

Messages : 21988
Date d'inscription : 14/09/2013
Age : 45
Localisation : Suisse méridionale...

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Le Passeur le Lun 4 Mai 2015 - 15:56

si, au moins, il n'y avait que les mouches...

____________________________________________________________________________________________________________________________
La mort n'est pas la pire perte dans la vie;
le pire, c'est ce qui meurt en nous alors que nous vivons.   —
Norman Cousins

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Skulln11
Le Passeur
Le Passeur
Monument

Messages : 11884
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 68
Localisation : Roxton Falls / Québec

http://passeur.chez.com/croissant.html

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Le Passeur le Lun 4 Mai 2015 - 17:27

Voilà, j'arrive du bureau de poste pour vérifier les frais de port et, une fois de plus, on nous égorge. Il en coûte 18,80$ pour poster ce livre vers l'Europe, ce qui se traduit en terme d'euros, par 13,77€; 
le livre revient donc, compte tenu du rabais que je vous propose pour contrer la gourmandise des Postes, à 21,10€ plutôt que 27,08€sans ce rabais à même mes propres poches...
Désolé si ça vous semble de l'arnaque (c'en est dans les faits Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci 1297996604 ), mais je le répète, je ne perçois pas de dividende sur les montants facturés par postes Canada...

____________________________________________________________________________________________________________________________
La mort n'est pas la pire perte dans la vie;
le pire, c'est ce qui meurt en nous alors que nous vivons.   —
Norman Cousins

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Skulln11
Le Passeur
Le Passeur
Monument

Messages : 11884
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 68
Localisation : Roxton Falls / Québec

http://passeur.chez.com/croissant.html

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Bofur le Lun 4 Mai 2015 - 20:14

Je ne suis pas impressionné par les frais de port, déjà que pour envoyer de la France vers la France avec la poste on s'en tire généralement pour 6-7 € pour un petit colis alors pour traverser un océan ... 

Sinon je ne connaissais pas ton travail et le petit extrait que tu nous as écris ici est prometteur

____________________________________________________________________________________________________________________________
Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Bofur_11
Bofur
Bofur
Hameau des hobbits
Hameau des hobbits

Messages : 435
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 27
Localisation : Erebor

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Le Passeur le Lun 4 Mai 2015 - 20:19

je ne saurais te dire ce qu'il vaut en terme de valeur littéraire. De toute façon, je suis mal placé pour en parler. Il s'agit ici de l'entrée en matière et je la crois respectueuse de l'ensemble du roman...
Par contre, plusieurs ici ont lu certains de mes textes, ils peuvent t'en parler avec davantage de détachement que moi Wink

____________________________________________________________________________________________________________________________
La mort n'est pas la pire perte dans la vie;
le pire, c'est ce qui meurt en nous alors que nous vivons.   —
Norman Cousins

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Skulln11
Le Passeur
Le Passeur
Monument

Messages : 11884
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 68
Localisation : Roxton Falls / Québec

http://passeur.chez.com/croissant.html

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Bofur le Lun 4 Mai 2015 - 20:21

Je suis sans doute très mal placé aussi pour parler en terme de valeur littéraire mais cette entrée en matière donne envie de lire la suite et c'est ce qui traduit un bon roman chez moi.

____________________________________________________________________________________________________________________________
Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Bofur_11
Bofur
Bofur
Hameau des hobbits
Hameau des hobbits

Messages : 435
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 27
Localisation : Erebor

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Le Passeur le Lun 4 Mai 2015 - 20:40

Bofur a écrit:Je suis sans doute très mal placé aussi pour parler en terme de valeur littéraire mais cette entrée en matière donne envie de lire la suite et c'est ce qui traduit un bon roman chez moi.
Si tu te décides, tu n'auras qu'à m'envoyer un MP... Wink

____________________________________________________________________________________________________________________________
La mort n'est pas la pire perte dans la vie;
le pire, c'est ce qui meurt en nous alors que nous vivons.   —
Norman Cousins

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Skulln11
Le Passeur
Le Passeur
Monument

Messages : 11884
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 68
Localisation : Roxton Falls / Québec

http://passeur.chez.com/croissant.html

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Bofur le Lun 4 Mai 2015 - 22:41

Malheureusement n'étant qu'étudiant j'ai un budget limité et je suis en ce moment en affaire avec Watson, peut-être pour une autre fois  Embarassed

____________________________________________________________________________________________________________________________
Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Bofur_11
Bofur
Bofur
Hameau des hobbits
Hameau des hobbits

Messages : 435
Date d'inscription : 11/12/2014
Age : 27
Localisation : Erebor

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Le Passeur le Mar 5 Mai 2015 - 1:07

Bofur a écrit:Malheureusement n'étant qu'étudiant j'ai un budget limité et je suis en ce moment en affaire avec Watson, peut-être pour une autre fois  Embarassed
Pas de problème pour moi. Comme tu dis, peut-être une prochaine fois... Je suis conscient que les études coûtent cher...

____________________________________________________________________________________________________________________________
La mort n'est pas la pire perte dans la vie;
le pire, c'est ce qui meurt en nous alors que nous vivons.   —
Norman Cousins

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Skulln11
Le Passeur
Le Passeur
Monument

Messages : 11884
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 68
Localisation : Roxton Falls / Québec

http://passeur.chez.com/croissant.html

Revenir en haut Aller en bas

Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci Empty Re: Un autre, politico-scientifique, cette fois-ci

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum