A la Noble Bouffarde
Bonjour,
Ce site traitant de sujets comme le tabac ou l'alcool dont les effets sont néfastes pour la santé, nous vous demandons donc DE NE PAS VOUS INSCRIRE SUR CE SITE NI MEME LE VISITER SI VOUS N'ETES PAS MAJEUR. Merci par avance de votre compréhension.

SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 22 utilisateurs en ligne :: 6 Enregistrés, 0 Invisible et 16 Invités

Jura, lecteur1979, loulou, MathieuC, Tubalcain, william1941

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 248 le Dim 2 Fév 2020 - 5:03
Statistiques
Nous avons 1624 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Bardouquet

Nos membres ont posté un total de 352143 messages dans 12138 sujets
-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% sur le purificateur d’air Dyson Pure Cool Air – Bleu / Gris
229 € 339 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -31%
Remise de 1000€ sur TV OLED Philips OLED+ 934 ...
Voir le deal
2199 €

mésaventure irakienne

Aller en bas

mésaventure irakienne Empty mésaventure irakienne

Message  william1941 le Dim 12 Juil 2020 - 3:56

Si mes aventures ne sont pas de votre goût, n'hésitez  pas à me l'écrire. je les remettrai dans mon encrier sans m'offenser. L'idée générale étant de vous amuser. pas de vous soûler


La Mosquée d'Or


En 1985 KIrkuk n’était pas vraiment un lieu de villégiature
Pourtant l’Irak pour un européen c’est LA MESOPOTAMIE
J’ai pu visiter de nombreux sites archéologiques et historiques de cette région.
Malgré la guerre et toutes les contraintes qu’elle faisait peser sur la vie du pays.
Une fois par semaine, le mercredi, je vais en voiture à Bagdad.
Tournée des bureaux ministériels pour la paperasse.
Rendez-vous à l’Ambassade pour un point de la situation.
La routine habituelle.
Ce qui laisse toujours le temps d’un bon repas au bord du Tigre et d’un tour dans la vieille ville
J’avais quitté Kirkuk très tôt pour être à Samara avant le lever du soleil
Samara compte deux mosquées historiques
La grande mosquée qui est un vestige exceptionnel du passé et la Mosquée d’Or
Elle a d’autre noms. Aucune importance pour ce qui va suivre. Quoique...à bien y réfléchir….
La mosquée d’Or est ainsi nommée car elle possède un énorme dôme et deux minarets tous trois entièrement couvert d’or.
Je voulais faire des photos au lever du soleil à l’aller et à son coucher à mon retour.
J’ai emporté mon appareil photo pour réaliser des diapositives de ce spectacle littéralement éblouissant.
Arrivé à Samara j’ai arrêté la voiture au nord-ouest de la ville, au bord de la route.
La vue sur la mosquée et son dôme est parfaite, avec le Tigre et son île verte en fond…
L’aube se lève et la première lumière du jour éclaire le dôme.
Une partie commence à luire pendant qu’une autre reste mate et comme grisée. Il semble amputé d’une moitié de son volume .
Clic clac ; clic, clac ; clic, clac……..
Le soleil commence à rosir l’horizon et la partie directement éclairée prend des teintes jaune rosé brillantes, indescriptibles et changeantes
Mon appareil cliquette comme une petite mitraillette Clic, clac ; clic, clac……
Souvenirs, souvenirs.
Avec un appareil argentique Il fallait changer la pellicule avec le changement de lumière
Opération toujours délicate au soleil.
Pendant le quart d’heure qui suit, le soleil a fait passer le dôme par des éclats d’or de plus en plus vifs et étincelants, pour finir le par transformer en une boule de feu et de lumière. Les deux minarets, fins et pointus comme des lances semblent lui montrer le ciel
Le spectacle est fascinant. Terriblement fascinant. Trop fascinant.
Je vais remonter dans ma voiture quand je réalisé que je suis entouré d’une dizaine d’hommes en armes !
Pas d’uniforme.
Pas rassurant. Pas rassuré !
D’autant que les poinçonneuses qu’ils ont en main sont du genre qui inspire le respect.
L’un d’entre-eux – leur chef sans doute – s’avance vers moi.
Dans cet anglais au ton chantant de la région :
-What are you doing ? ( que faites-vous ?)
-  je regarde le lever du soleil sur le dôme de la mosquée d’Or.
Il pointe un doigt accusateur vers mon appareil photo et demande.
-Passeport, iqama (permis de séjour)
Je lui indique la voiture.
Un geste de la main.
Je récupère les documents dans mon sac,  les lui tend.
Il les feuillette attentivement.
J’attends sans trop d’inquiétude, pensant qu’il va me les rendre et me demander aimablement de…  dégager.
Raté !
Il donne mon passeport et ma carte de séjour à l’un de ses hommes et lui parle en arabe.
Celui-ci est va vers un pickup vert siglé en arabe et arrêté à une cinquantaine de mètres au bord de la route.
Comment est-il arrivé là ? Mystère
Pas un mot.
Le silence devient oppressant
L’homme près du pick-up dit quelques mots en arabe à voix forte en faisant « non » de la main.
Celui qui est manifestement le chef de ce petit commando me dit en anglais de monter dans ma voiture et de les suivre.
Comme j’ouvre la portière il prend mon appareil et mon sac
Je me mets au volant et un poinçonneur viens s’asseoir sur le siège passager.
Les choses deviennent un peu plus préoccupantes.
Surtout quand, suivant le pick-up où était monté le chef, je vois dans le rétroviseur que deux autres, surgis-je ne sais d’où, ont embarqué tout ce joli monde et me suivent!
Le dôme de la mosquée d’Or doit à présent scintiller de tous ses feux.
Il est totalement sorti de ma vue… et de mon esprit.
Peut-être parti vers le ciel sur sa rampe de lancement dorée.
Nous suivons le véhicule pilote pendant une dizaine de minutes, nous enfonçant dans la campagne.
Nous arrivons devant large un portail plein qui ferme l’entrée d’une muraille en briques jaunes
Le portail s’ouvre et nous avançons dans une cour en terre battue, déserte.
Devant nous il y a un bâtiment plat avec une porte d’entrée en bois. Verte. Et aucune autre ouverture.
Mon passager descend, me fait signe avec son arme d’en faire autant
Les hommes qui suivaient m’entourent et m’escortent littéralement vers la porte du bâtiment.
Ma préoccupation commence à devenir de l’inquiétude !
Un interphone sur le côté. Quelques mots en arabe.
Les 2 ventaux de la porte s’ouvrent et je suis conduit, par un long couloir mal éclairé depuis son plafond, vers une sorte de hall dont les murs gris sont garnis de portes…. vertes
Un homme en uniforme de l’armée me fait signe de le suivre.
Il se dirige vers l’une des portes, l’ouvre et me mène par le bras, sans brutalité, vers l’intérieur d’une pièce vide à l’exception d’une table métallique et de deux chaises. Il sort et referme la porte.
Je n’ai pas prêté attention s’il la verrouille ou pas.
Mons esprit est occupé par d’autres considérations.
J’essaie l’optimisme.
Je ne crois pas avoir fait quelque chose de répréhensible. Quoique dans un pays en guerre… et en Irak….
Je regarde autour de moi.
Une pièce carrée, pas très grande, murs blancs, plafond bas. Pas de fenêtre. Une porte métallique. Un énorme projecteur au plafond qui éclaire l’ensemble d’une lumière crue et violente. Une grille d’aération dans un angle. Aération ou climatisation ?
Je m’assois et essaie de réfléchir. Calmement.
Facile de se dire :
Voyons
 -Tu n’as rien fais. Tu ne t’es pas sauvé (comme si cela avait été possible !)
- Tu es attendu à l’Ambassade donc ils vont s’inquiéter en ne te voyant pas
- Si tu n’es pas rentré ce soir l’entreprise va te chercher.
Mais
-          Ils avaient pris toutes les dispositions pour te surprendre et éviter que tu te sauves.
-          L’Ambassade peux penser que tu as simplement sauté ou reporté ton rendez-vous Et de toute façon ils ne s'inquiéteront pas avant quelques heures et avant de savoir si tu es bien parti de Kirkuk.
-          L’entreprise ne bougera pas avant ce soir et tout ce qu’elle fera sera d’alerter l’Ambassade.
Réfléchir calmement. C’est fait !
Et pas spécialement réconfortant.
Brusquement je pense à l’heure et je regarde ma montre.
Je vois qu’il n’est que sept heures trente, je me dis que s’ils m’ont laissé ma montre ce ne doit pas être trop grave. Et aussitôt je pense :  « Tu réagis déjà comme un coupable».
Faute de mieux je me lève et tourne en rond dans cette pièce carrée.
Il parait que marcher aide à réfléchir. Ce doit être vrai.  Plus je marche et plus des idées inquiétantes m’envahissent l’esprit. Et s’ils se sont trompés de personne ?
Est-ce qu’ils vont me relâcher ? Me jeter en prison en attendant d’y voir clair ? Ou me faire disparaître ?(je ne serai pas le premier selon ce qu’il se murmure ici et là).
Voilà comment réfléchir calmement vous fait passer de l’inquiétude à l’angoisse ! Bravo pour le calme et le raisonnement logique.
Je suis pris d’une subite et irrépressible envie de rire.
Mon cerveau n’arrive plus à raccorder les éléments de la situation de façon cohérente.
Kafka ou Courteline ? Kafline ou Courteka ? C’est vraiment ce qui me passe dans la tête. Vraiment.
Et le temps passe.
Neuf heures, dix heures, onze heures. Toujours ce silence. Tiens, la grille d’aération s’avère être une bouche d’air cooler.
Je ne vais pas tarder à claquer des dents !
Sans bruit, la porte s’ouvre.
Un officier militaire (il a des étoiles sur ses épaulettes ; trois ; un capitaine donc) entre avec quelques papiers dans les mains.
Je ne sais pas pourquoi mais je lui dis en anglais que je voudrais aller aux toilettes.
C’est saugrenu mais cela ne semble pas le perturber.
Il lance quelques mots en arabe, se retourne vers moi et me dit dans un français sans le moindre accent : « suivez cet homme ».
Complètement sidéré, je suis le soldat tout en remarquant que sa tenue est impeccable (ce qui est plutôt rare pour ceux que l’on rencontre dans les rues).
Tout en soulageant ma vessie, en vidange forcée (je devais bien donner le change), porte ouverte,  je me dis que ce ne sont pas les services secrets du Bass qui m’ont interpellé. Cela me rassure… un peu. Je reviens dans la pièce, le soldat disparaît et la porte reste ouverte.
Qu’est-ce que cela veut dire ?
Le capitaine me dit de m‘asseoir, s’installe face à moi.
Il pose ses feuillets sur la table:
- Vous faites le trajet aller-retour de Kirkuk à Bagdad tous les mercredis ?
-oui
Long silence. Puis il reprend en égrenant tout ce que je fais à Bagdad
Mon angoisse vire à la crainte pure et simple.
Je prends un air étonné. J’attends
- Nous vous connaissons depuis que vous êtes en Irak. Ce n’est pas la première fois que vous vous arrêtez à Samarra.
- ??
- Vous vous arrêtez de temps en temps au bord du fleuve
- ??
- Vous ne vous êtes jamais arrêté de l’autre côté de la ville. Pourquoi ?
Je m’enhardis un peu.
- Je pense que vous le savez. Près du fleuve il y a des bars On peut boire un café ou une bière et regarder le coucher du soleil sur la mosquée d’Or. C’est toujours un spectacle magnifique.
- Pourquoi de l’autre côté cette fois ?
Je me dis qu’ils sont vraiment au courant de tout.
-Je voulais photographier le dôme recevant la lumière du lever du jour
-  Et vous fumez la pipe.
- ??
- Le fumeurs de pipe sont rares en Irak.
Silence.
J’essaie de suivre. Mes neurones font grève !
Il appelle en arabe et un soldat arrive avec ma sacoche.
- Votre pipe est dans votre sac. Vous voulez fumer ?
Je le sais bien qu’elle est dans mon sac.
Vous avez déjà essayé de garder la pipe au bec et l’œil collé au le viseur d’un appareil photo ?
Je me demande où cela me mène.
Ils ont fouillé ma sacoche bien sûr. Je fais rapidement le tour de son contenu dans ma tête mais ne trouve rien qui puisse poser un problème.
Aïe, j’ai une boîte neuve de Dunhill et un fond du même dans la blague.
Il insiste
- vous pouvez fumer.
C’est quoi le piège ?
Refuser poliment ? le prendre au mot ? Que faire ? aurez dit Staline en pensant à ses saints patrons ?
Finalement, je me dis que je n’ai rien à perdre.
Je prends ma blague et mon brûle-gueule dans la sacoche et je le bourre avec attention. Je lève la tête et reste la bouche ouverte.
Le capitaine à sorti une pipe de sa vareuse.
Une belle pipe.
Il me regarde.
 - C’est une Dunhill me dit-il avec un air amusé et un peu de vanité
J’essaie de me montrer admiratif.
Mais le cœur n’y ait pas. Je n’arrive pas à trouver la logique de tout ça.
Je lui tends ma blague.
Il la prend. Je me rends compte qu’il ne reste plus que quelques brins à l’intérieur...
Je sors la boîte neuve de la sacoche et la lui tend.
Il l’ouvre - Il sait comment s’y prendre l’animal !-  garnit sa pipe avec le plus grand soin et referme la boîte.
Il sort un magnifique briquet Dupont de sa poche et allume sa petite merveille.
Il me le tend ; J’allume mon vieux copain en pensant :
« On joue à quoi là ? »
- Le bon tabac à pipe est difficile à trouver chez nous. Il n’y a que des cigarettes, des cigarillos, quelques  cigares et du tabac pour les narguilés. Il faut se le procurer à la frontière turque. Il y a quelques revendeurs.
Merci, je le sais , le mien vient de là.
Je traduis « j’ai assez vu ma boîte de Dunhill » et aussitôt après « Et maintenant quoi ? il va m’arrêter pour contrebande de tabac anglais ? 
Je n’ose pas lui dire de le garder ce tabac. Il pourrait penser que j’ai quelque chose à me reprocher et que j’essaie de le…. Je n’ose même pas penser le mot. Et surtout ses conséquences
Silence
Quelques bouffées.
Il regarde sa montre. Du coup j’en fais autant. Il est presque midi
Pourtant mon estomac habituellement réglé comme un coucou ne m’a donné aucun signe d’inquiétude alimentaire.
Va savoir pourquoi.
Le capitaine se lève et appelle à nouveau. Un soldat apparait avec mon appareil photo
-  Il va vous conduire à votre voiture. Vous pouvez partir. Votre Ambassade a été informée.
Je fini par me lever et je le remercie. Mais je suis toujours totalement abasourdi par la situation.
Je m’avance vers la porte :
- La prochaine fois que vous voulez faire des photos de la mosquée, prévenez-nous. Il y a plusieurs endroits sensibles dans le secteur. Nous vous accompagnerons.
Il me tend la main. Je la serre et suis le militaire au long du le couloir jusqu’à la porte en emportant mon sac et mon appareil photo.
Nous marquons un arrêt, les vantaux s’ouvrent et nous sortons.
Nous traversons la cour, un autre soldat ouvre le portail qui donne sur la route. Nous avançons vers ma voiture et mon cornac, sans un mot, me tend les clefs.
je m’installe au volant
Mon passeport et mon Iqama sont sur le tableau e bord.
Je les avais complètement oubliés !
Je le remercie. Manifestement, ou il ne comprend rien ou il s’en fiche totalement.
Je mets en route et démarre en essayant de ne pas paraître pressé de m’éloigner. Puis j’accélère, j’accélère, j’accélère…
J’ai oublié ma boîte de Dunhill sur la table en fer….
Ma pipe est éteinte.
Midi trente. Encore 130 km à faire. J’aurai Juste le temps d’aller à l’Ambassade. Les ministères sont fermés l’après-midi.
Arrivé à l’Ambassade je suis attendu. On me conduit immédiatement, chez le Premier Conseiller.
Il est avec l’Attaché Militaire. Je les connais bien tous les deux.
Ma pipe ? oui, excusez-moi, je la range .
Ils sont au courant. Ils veulent savoir…
Moi je veux manger !
Mais c’est une autre histoire…
 
Je repars pour Kirkuk…
Ici aussi ils veulent savoir….
Il est tard.
Demain.


Je suis rentré dans mon bungalow et me suis étalé dans un fauteuil.
Je me relève d’un bond.
Je vais prendre mon appareil photo posé avec ma sacoche sur la table basse à l’entrée.
Je sors la petite manivelle pour enrouler la pellicule avant d’ouvrir le boîtier .
Elle tourne à vide. Sans aucune résistance.
Je vais dans la salle de bain. Elle n’a pas de fenêtre.
Je ferme la porte, éteins la lumière, enroule une serviette autour l’appareil et, à tâtons, tire le levier pour ouvrir le boîtier.
J’essaie de sentir la pellicule tendue : rien
Je cherche le rouleau dans son emplacement : rien
J’enlève la serviette pour donner de la sensibilité à mes doigts : rien. Le vide.
J’allume. Pas de pellicule !
Evidemment !
Je reviens dans le salon, retourne m’asseoir dans le fauteuil.
Je me dis : ils ont gardé la pellicule. J’espère qu’ils la développeront.
Il doit y avoir des clichés magnifiques. Peut-être le capitaine me contactera-t-il pour m’en rendre certains.
Entre fumeurs de pipe……
Compte là-dessus !
Je vais vérifier ma sacoche. Les deux rouleaux de pellicule vierge qui s’y trouvaient ont disparu aussi. Bien sûr.
La tension s’évacue. Le regret de mes clichés perdus m’envahit.
Tout ça pour rien !
Je me sers un whisky que je pose sur la tablette à côté de mon fauteuil.
Je vais chercher ma blague, une boîte de tabac dans le placard, une BC au présentoir et reviens poser le tout sur la tablette, à côté du briquet de bureau. Je retourne m’assoir.
En me tournant, pour attraper ma pipe quelque chose de dur appuie sur ma cuisse droite.
Ils ne m’ont pas fouillé.
 Et j’avais mis le premier rouleau dans la poche de mon pantalon.  Il y est resté !
Je vais pouvoir le faire développer. Pas en Irak !
Je ne me suis plus jamais arrêté à Samara.
Mais j’y suis retourné. Et ceci aussi est encore une autre histoire.
 
Pipe, tabac, briquet, volutes.
Whisky.
On frappe.
-Entrez.
-salut. J’ai apporté une pizza. Ça te dit
- Ok merci. Tu sais où sont les verres et les bouteilles. Sers-toi.
 
Bonne soirée .
 
 
 
En 2006 et 2007 deux explosions attribuées au groupe Al Qaida dans le cadre du conflit entre chiites et sunnites à détruit presque entièrement cette merveille élevée au nom de leur même Dieu.
Où va se loger l’imbécillité des hommes !
william1941
william1941
Poète, barde, troubadour...

Messages : 225
Date d'inscription : 03/04/2020
Age : 79
Localisation : Garrigue et méditerranée. studio à Paris

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Re: mésaventure irakienne

Message  loulou le Dim 12 Juil 2020 - 12:53

william1941 a écrit:Si mes aventures ne sont pas de votre goût, n'hésitez  pas à me l'écrire. je les remettrai dans mon encrier sans m'offenser. L'idée générale étant de vous amuser. pas de vous soûler






Mais pas du tout mon cher William  cheers

J'aime beaucoup lire tes aventures .....et je ne suis pas le seul ....et l'absence de réaction ne signifie pas 
le désintérêt du village pour tes écrits .A contrario une multiplicité de réactions pourrait vouloir dire le contraire 
car critiquer un écrivain est un art difficile que beaucoup ignorent....moi le premier   mésaventure irakienne 3586520320

____________________________________________________________________________________________________________________________
C'est
parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que tant de
gens paraissent brillants avant d'avoir l'air cons !
loulou
loulou
Villageois
Villageois

Messages : 690
Date d'inscription : 31/12/2019
Age : 70
Localisation : normandie

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Re: mésaventure irakienne

Message  Brase d'Anjou le Dim 12 Juil 2020 - 13:46

Toujours aussi sympas tes récits William, Merci
Brase d'Anjou
Brase d'Anjou
Habitant récent
Habitant récent

Messages : 175
Date d'inscription : 22/05/2020
Age : 54
Localisation : Campagne angevine à l'ouest d'Angers

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Re: mésaventure irakienne

Message  william1941 le Dim 12 Juil 2020 - 16:29

loulou a écrit:
william1941 a écrit:Si mes aventures ne sont pas de votre goût, n'hésitez  pas à me l'écrire. je les remettrai dans mon encrier sans m'offenser. L'idée générale étant de vous amuser. pas de vous soûler






Mais pas du tout mon cher William  cheers

J'aime beaucoup lire tes aventures .....et je ne suis pas le seul ....et l'absence de réaction ne signifie pas 
le désintérêt du village pour tes écrits .A contrario une multiplicité de réactions pourrait vouloir dire le contraire 
car critiquer un écrivain est un art difficile que beaucoup ignorent....moi le premier   mésaventure irakienne 3586520320
Loulou, je n'attends pas des critiques sur mon style ou mon talent. Je n'ai aucune illusion en la matière;
Je me dis simplement qu'il se peut que cela soit au final intéressant pour les autres.
Un peu comme feu les séances de diapo "moi devant l'acropole, moi devant la tour Eiffel, moi devant le sphinx. On a tous connu ces séances qui ne font plaisir qu'à ceux qui les ont organisées. Je ne souhaite pas imposer cela aux amis du forum. J'aime trop ce qu'ils me donne!
william1941
william1941
Poète, barde, troubadour...

Messages : 225
Date d'inscription : 03/04/2020
Age : 79
Localisation : Garrigue et méditerranée. studio à Paris

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Re: mésaventure irakienne

Message  loulou le Dim 12 Juil 2020 - 16:49

william1941 a écrit:








Un peu comme feu les séances de diapo "moi devant l'acropole, moi devant la tour Eiffel, moi devant le sphinx. On a tous connu ces séances qui ne font plaisir qu'à ceux qui les ont organisées.


=Oh   que c'est bien vu ....On a tous connu ce genre de séance (diapos ou album photos) .Je n'ai malheureusement jamais eu la perspicacité ni le talent pour l'écrire aussi intelligemment 
chapeau chapeau

____________________________________________________________________________________________________________________________
C'est
parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son, que tant de
gens paraissent brillants avant d'avoir l'air cons !
loulou
loulou
Villageois
Villageois

Messages : 690
Date d'inscription : 31/12/2019
Age : 70
Localisation : normandie

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Re: mésaventure irakienne

Message  Octave le Dim 12 Juil 2020 - 22:25

william1941 a écrit:Mais j’y suis retourné. Et ceci aussi est encore une autre histoire.
Super, je vais encore me régaler avec cette autre histoire! Raconte William.
Octave
Octave
La bande des joyeux loufoques
La bande des joyeux loufoques

Messages : 502
Date d'inscription : 30/04/2020

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Mésaventure Irakienne

Message  araki le Lun 13 Juil 2020 - 12:01

Very Happy Bravo William j'aime aussi beaucoup ces anecdotes d'une vie bien remplie, ne te gêne pas pour en raconter d'autres, au plaisir de te lire  mésaventure irakienne 1064092599

____________________________________________________________________________________________________________________________
mésaventure irakienne La_pip11mésaventure irakienne Le-tab12mésaventure irakienne Jambe-12
araki
araki
Tête connue
Tête connue

Messages : 1371
Date d'inscription : 06/03/2018
Age : 56
Localisation : Namur et amoureux du travail de Félicien rops

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Re: mésaventure irakienne

Message  Nonalf le Lun 13 Juil 2020 - 23:03

Un grand merci William pour cette histoire, et ton excellente narration, c'est un vrai plaisir de te lire!
Et je rejoins Octave, j'aimerais aussi avoir d'autres épisodes!! tongue cheers
Nonalf
Nonalf
Nouvelle tête
Nouvelle tête

Messages : 67
Date d'inscription : 03/05/2020
Localisation : Limoges

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Re: mésaventure irakienne

Message  Serge le Mar 14 Juil 2020 - 10:12

mésaventure irakienne 3586520320

____________________________________________________________________________________________________________________________
         Dieu est un fumeur de havanes C'est lui-même qui m'a dit Que la fumée envoie au paradis.
                                                           Serge Gainsbourg
Serge
Serge
Notable

Messages : 2761
Date d'inscription : 02/07/2017
Age : 54
Localisation : Obernai Alsace

Revenir en haut Aller en bas

mésaventure irakienne Empty Re: mésaventure irakienne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum