A la Noble Bouffarde
Bonjour,
Ce site traitant de sujets comme le tabac ou l'alcool dont les effets sont néfastes pour la santé, nous vous demandons donc DE NE PAS VOUS INSCRIRE SUR CE SITE NI MEME LE VISITER SI VOUS N'ETES PAS MAJEUR. Merci par avance de votre compréhension.

SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 13 Invités

Jean Bart, MathieuC, Serge

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 110 le Ven 23 Jan 2015 - 1:02
Statistiques
Nous avons 1333 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Mister Renard

Nos membres ont posté un total de 323113 messages dans 10566 sujets

L'age de la bruyère

Aller en bas

L'age de la bruyère Empty L'age de la bruyère

Message  Aether le Dim 16 Mar 2014 - 21:06

Je me permets d'ouvrir ce fil au sujet de l'âge d'une bruyère.
La pipe Graco que j'ai acquise récemment date d'au moins 1968 aussi je me demandais si sa bruyère avait continué à sécher après sa fabrication. Son tuyau n'a pas de jeu, comme parfois certaine vieilles pipes et surtout celles qui ont fumé.
Je sais que la bruyère est mise a sécher, parfois plusieurs années, avant d'être utilisée pour la fabrication des pipes. Il y aussi une méthode d'accélération du séchage qu'utilise Peterson il me semble.
Cependant y a t'il un degré de séchage maximum ? Une vieille bruyère , indépendamment de sa qualité, sera t'elle meilleur qu'une séchée pendant 2 ou 3 ans ?
Merci de me donner quelques infos si vous en avez Smile
Aether
Aether
Tête connue
Tête connue

Messages : 1617
Date d'inscription : 02/04/2013
Age : 41
Localisation : Saint Rémy de Provence

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Invité le Dim 16 Mar 2014 - 21:43

Bonne question! Faudra vraiment l'avis d'un pro pour cela. Je suis curieux...
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  tomcat11 le Dim 16 Mar 2014 - 22:51

J'ai trouvé ça pour toi :
http://www.fumeursdepipe.net/pipelorenonfumees.htm

un article de Bill Unger
traduction de Jean-Daniel Chambaz

15/01/07



Cet article a été à l'origine édité en février 2005 dans the Pipe Collector, le bulletin de la North American Society of Pipe Collectors. Vous pourrez trouver plus d'informations sur la NASPC sur leur site Web.
Pipelore.net remercie la NASPC de lui avoir autorisé la reproduction de cet article, et fumeursdepipe.net exprime toute sa gratitude pour en avoir autorisé la traduction.
Si vous appréciez cet article, votre demande d'inscription sera prise en compte après avoir rempli le Formulaire d'Inscription.




Il y a quelques temps, un membre canadien, Bob Holmes, m'a envoyé une question intrigante, dont j'ai pensé qu'elle ferait un sujet de sondage intéressant. Bob et moi avons posé la question à autant de pipiers que nous avons pu penser et leur avons demandé leurs réponses. Celles que nous avons reçues sont très complètes et pleines de beaucoup d'informations intéressantes (et nous apprécions beaucoup le temps que ces pipiers ont pris pour nous répondre).

La question de Bob :

La plupart, ou presque tous les experts semblent convenir que plus longuement la bruyère est séchée, plus il plus est probable que la pipe fumera bien. En présumant qu'un processus artificiel (c.-à-d. l'oil curing) n'est pas employé pour traiter le bruyère, le processus de séchage continue-t-il, une fois que l'ébauchon a été transformé en pipe - si la pipe reste non fumée ? J'ai un certain nombre de pipes high grade, aussi bien que certaines plus modestes, que j'ai possédées (non fumées) pendant des périodes allant de 5 à 15 ans. Utilisons une de mes pipes Vesz achetée à Toronto au début des années 80 comme exemple. Présumant que le bloc de bruyère original avait été vieilli/séché pendant 5 ans avant d'être transformé en pipe en 1985 et, étant donné qu'elle reste non fumée en 1998, devrait-elle fumer sensiblement mieux aujourd'hui qu'en 1985 ? Vraisemblablement, d'autres variables entrent en jeu – la teinture, l'enduit de préculottage, etc. – mais, en tenant compte de ces constantes, la réponse serait-elle oui ?

Paul Bonaquisti
(pipier de Rensselaer, NY)

Ma formation de base est l'ébénisterie, aussi je rapporterai ceci au bois de charpente et aux bois durs. Le bois de charpente séché au four est typiquement séché à un taux d'humidité de 7-9%, alors que le bois séché à l'air peut peut en avoir jusqu'à 15%. Abaisser le taux d'humidité du bois en dessous de 10% est le nombre magique, car c'est là où le bois est le plus stable. A ce stade, les cellules du bois sont très sèches et perdent leur flexibilité et leur capacité à regagner de l'humidité. Le bois, après qu'il a atteint cet état final, peut encore prendre de l'humidité (ou, selon l'environnement, en perdre encore plus), mais pas beaucoup, car il est définitivement stabilisé.

Concernant la bruyère, je pense (selon l'environnement) qu'elle peut être séchée à l'air jusqu'à en dessous de 10%, où elle sera le plus stable. Si elle peut être séchée aussi bas que 5-6%, je ne le sais pas, car je ne l'ai jamais examinée avec un hygromètre. Je crois que, même si elle était séchée à 5-6%, elle regagnerait de l'humidité par la suite, de toute façon.

Maintenant, quel effet le séchage de la bruyère ou le vieillissement a-t-il sur le goût ? Une fois que la bruyère a été correctement séchée et qu'elle est stable (dans la plupart des parties du pays, ceci prendrait au moins une année, bien que deux ans soit mieux), je pense que ce séchage additionnel (ou vieillissement, si vous préférez) fera peu pour affecter le goût. Si le bois est séché correctement, et qu'il est sec et stable, quel effet cela pourrait-il avoir de le laisser reposer pendant encore 20, 30 ou 40 années ? Je pense que beaucoup de gens tendent à penser à la bruyère comme à l'érable. Ils croient que la bruyère est chargée avec beaucoup de sève et que, plus longtemps elle se repose, plus cette sève continuera à en sortir. Cela ne se produit pas du tout ainsi. Une fois que le bois est sec, il change peu. L'exception à ceci, naturellement, est quand le bois est exposé à l'extérieur. Si du bois (n'importe quel bois) est exposé aux "intempéries", il changera certainement. Son taux d'humidité changera avec les saisons, prenant et redonnant de l'humidité additionnelle. Bien que des extrêmes en température et en humidité pourraient probablement encore "extirper" des restes de sève emprisonnée (s'il y en a dans la bruyère), ces fluctuations seraient sûrement nocives pour le bois, finissant très probablement par le fendre.

Je me rends compte que je peux être en désaccord avec quelques prétentions de bruyère "âgée de 100 ans" ou de bruyère "racine morte", qui fait partie d'un arbuste mort, censément être resté sur place, dans la terre, pendant 200 ans avant d'être récolté. Si un morceau de bois mort restait en terre pendant 100 ans, il se décomposerait probablement, ne le pensez-vous pas ? Sinon, alors les insectes et les variations saisonnières le détruiraient sûrement. Pourquoi pensez-vous que l'on traite sous pression le bois de charpente de qualité pour des applications souterraines ? Le bois de charpente souterrain non traité ne dure pas longtemps. Pourquoi la bruyère serait-elle différente ?

Ainsi, pour résumer mes divagations: bien que je pense qu'il y ait des raisons pour lesquelles certaines bruyère ont un meilleur goût que d'autres, une fois que vous avez du bois sec, le vieillissement additionnel a peu à faire avec cela. Des bruyères de différentes régions méditerranéennes peuvent avoir un goût différent les unes des autres. Le sol dans lequel la bruyère se développe peut avoir un effet sur son goût, de même que la durée de son développement dans ce sol. Probablement, les conditions ou le climat que le broussin a supportés comme partie vivante de l'arbuste peuvent également jouer un rôle dans le goût de la bruyère. Il est également possible que la durée d'ébouillantage du bois vert ait un effet sur sa composition.

Tous ces facteurs peuvent affecter ou non le goût de la bruyère; cependant, dès que le bois est correctement séché, il est de mon avis que le "vieillissement" additionnel fera peu pour améliorer un bon morceau de bruyère.

Mark Tinsky
(pipier de Pocono Lake, PA)

Je suis d'accord avec tout ce que Paul a écrit. Je pense que c'est une bonne réponse, et définitive. Mon propre système de séchage implique de mettre la bruyère grecque, bouillie et complètement mouillée, sur des claies de séchage. Le bois y est ainsi laissé pour deux ans au minimum. Il est alors sec, et je l'amène à mon atelier, où il peut encore se reposer encore une autre année environ avant emploi. J'aime garder de grandes quantités de bruyère à disposition et avoir assez de réserves que l'ai laissées se reposer pendant un moment avant emploi. Si cela est nécessaire ou non, c'est discutable, mais c'est ce que je suis habitué à faire.

Trever Talbert
(pipier de Thomasville, NC)

Je vois cette question surgir assez souvent. Je présenterai ma propre expérience d'abord, et ensuite j'essaierai d'y répondre. J'ai eu la bonne fortune de pouvoir travailler aussi bien avec de la bruyère qui avait vieilli depuis la fin des années 70 qu'avec de la bruyère ayant quelques années de séchage et avec de la bruyère fraîchement livrée. J'ai fumé beaucoup d'échantillons de chacune. J'ai également trouvé quelque Charatan non fumées, qui avait été en stock depuis la fin des années 60 et le début des années 70, en tant que mes exemples de très vieilles pipes non fumées.

C'est mon avis que la bruyère atteint un point optimal après environ 3 à 5 ans de séchage à l'air, après quoi toutes les améliorations sont au mieux minimales. C'est certainement une courbe en cloche plutôt qu'un effet linéaire. Une bruyère très récente peut être complètement désagréable, mais une fois qu'elle s'est reposée pendant 4 années de séchage, elle est à peu près aussi bonne qu'elle peut l'être. Au-delà de ce point, deux choses commencent à arriver au bois - il change lentement de couleur, d'un bronzage blanchâtre à un brun légèrement doré, et il devient plus dur et plus fragile. Le bruyère très vieille est beaucoup plus difficile à travailler, car elle s'ébrèche plutôt que ne se coupe, et est plus encline à se fendre lors de variations thermiques extrêmes. Il y a de peu à aucune différence dans la fumée, sauf que le bois plus récent a un culottage légèrement plus dur et un peu davantage une saveur "de bois" pendant les premiers fumages. Du côté négatif, un bois plus ancien a tendance à se fendre ou à développer des fissures en cheveu le long du grain pendant les premiers fumages. Ce n'est pas vraiment une situation de supériorité de l'un par rapport à l'autre; ils sont juste différents.

Vu ce qui précède, j'indiquerais qu'une pipe non fumée s'améliorera un peu si elle est laissée pendant plusieurs années. Une fois que vous allez au-delà des 5 ans - environ -, cependant, vous ne noterez pas une grande différence. Mon expérience avec mes vieilles Charatan révèle que ce sont des pipes intéressantes, mais rien de plus, et pas meilleures que ma Dunhill flambant neuve. Vous avez cependant besoin de bruyère correcte pour commencer, pour apprécier toutes les améliorations. Un camarade a très bien résumé ceci, quand il m'a dit avoir une Medico de 30 ans d'âge, et qu'elle fumait toujours comme une merde. Gardez cependant à l'esprit que la bruyère doit être exposée pour continuer à sécher. La teinture et la cire de carnauba scelleront en partie la surface et aideront à piéger l'humidité à l'intérieur, et le culottage du fourneau le scellera tout aussi bien. Si une pipe doit s'améliorer, elle aura besoin d'une cuvette nue qui pourra "respirer" et de préférence d'une surface non cirée.

Parler de la supériorité de la très vieille bruyère est principalement un boniment, selon mon expérience. Il y a un fort courant d'opinion dans le monde des fumeurs de pipes, selon lequel "le plus vieux est toujours meilleur", et la publicité des pipes faites à partir de bruyère récoltée dans les années 50 est un grand stimulateur des ventes mais, à mon avis, c'est vraiment tout ce qu'il est.

J.T. Cooke
(pipier de East Fairfield, VT)

Autant que la plupart des personnes voudraient bien que la réponse soit "oui", la réponse est probablement "non". Pour commencer, ceci présume que la bruyère a été correctement séchée. Ceci signifie qu'elle doit avoir eu sa sève retirée avant qu'elle ait commencé à sécher. Si ceci n'est pas fait, alors la sève sèche avec les fibres de cellulose, et vous avez un bloc de bois avec tous ses pores obstrués. Vous pourriez le sécher 100 ans, et il produira encore une fumée humide. C'est pourquoi j'emploie diverses méthodes pour m'assurer que les sèves soient enlevées.

Vous seriez stupéfié de voir ce qui sort de la plupart des blocs de bruyère, quand j'élimine les sèves. Il n'y a aucune chance que les coupeurs de bruyère puissent donner l'attention individuelle à un simple bloc pour garantir que les sèves sont enlevées; ils font du mieux qu'ils peuvent. (Si vous lavez vos vêtements dans de l'eau sale, alors vous avez toujours des vêtements sales; la saleté est juste répartie uniformément.)

Présumant que le bloc de bruyère "a été lavé" jusqu'à être propre, puis correctement séché, d'une certaine façon, il ne va pas sécher plus. Du bois est considéré comme complètement sec comme avec un taux d'humidité de 6%. Même si vous "poussez" le bois à 0% et le laissez "se reposer", il absorbera alors l'humidité atmosphérique ambiante, et finira autour de 6%.

J'ai appris que quelques fumeurs de pipe ne vont pas aimer ma réponse… tant pis. Ils préféreraient qu'un certain processus mystique se produisent avec le passage du temps. Mais ce qui est perçu comme une pipe "douce" n'est pas déterminé par la bruyère elle-même, mais par le soin et la technologie d'une pipe, ainsi que par la manière dont le fumeur la "fume" réellement. Le meilleur bloc de bois au monde peut être facilement transformé en une fumeuse aigre en raison d'un trou d'air mal foré ou d'une mortaise trop longue, ou d'une tige produisant des glouglous. Ce n'est pas simplement le bloc de bruyère.

Al Baier
(pipier de Manchester Center, VT)

À mon avis, un long séchage ne donnerait aucune différence apparente dans la qualité de fumage. Voici mon raisonnement. La question présume que plus la bruyère est sèche, meilleure est la fumée. De mon expérience comme fumeur de pipe, de pipier et d'artisan de longue date du bois, les critères pour qu'une pipe fume doucement ne sont pas tellement dans la réduction de l'humidité, mais dans l'élimination des sèves, résines et goudrons des cellules de la structure fibreuse du bois. La fonction du processus d'ébouillantage et du lent séchage subséquent des blocs de bruyère après la récolte est double. L'ébouillantage vise à débarrasser les cellules des ébauchons de leurs sèves, résines et goudrons et de les remplacer par de l'eau. Le séchage lent des blocs tend ensuite à les empêcher de se fendre ou de se fendiller.

En effet, le but du séchage et du vieillissement lents de la bruyère est d'empêcher l'évaporation rapide de l'humidité, qui amène le bois à se fendre et n'a que peu ou pas d'effet sur la qualité de fumage de la pipe faite à partir de ce bois. En d'autres termes, comme pipier, vous voulez être sûr que les blocs de bois de bruyère que vous employez sont aussi libres que possible d'impuretés, c.-à-d., résines, goudrons, etc. Avec cela à l'esprit, depuis des années, j'ai faite mienne la pratique de soumettre ma bruyère, après dégrossissage, à une solution de nettoyage, pour assurer l'élimination complète de tout vestige des goudrons et des résines des cellules.

Comme témoignage de l'efficacité de ce procédé, au long des années, j'ai eu des centaines de lettres de clients certifiant la qualité exceptionnelle et la facilité de culottage de mes pipes. Je sais que ceci ressemble à un film publicitaire, mais je ne vois pas d'autre manière de l'expliquer. Pour en revenir à la question originale, dans la mesure où la pipe de Bob Holmes, vieille/neuve et non fumée, est libre des goudrons, résines, etc., dans cette mesure, elle lui donnera très probablement une fumée satisfaisante, indépendamment de son taux d'humidité. Car, ainsi que quiconque travaillant le bois le sait, le bois de toutes les essences, sous quelque forme que ce soit, va absorber l'humidité de l'atmosphère, indépendamment de combien de temps il y séjourne.

Merci de m'avoir donné l'occasion de documenter quelque chose auquel j'ai songé pendant des décennies, mais que jusqu'alors je n'avais jamais pris la peine de coucher sur le papier.

David Jones
(pipier de Texarkana, TX)

Je crois que la réponse à la question de Bob est un "NON" catégorique. J'offre la suite pour l'étayer.

La bruyère séchera complètement en cinq ans si, au moins les deux dernières années de cette période, elle se trouve dans un environnement contrôlé (c.-à-d., humidité relative de 30 à 40% ou moins). Une fois qu'un bois est relativement exempt d'humidité, il atteint le "taux d'humidité d'équilibre" (EMC) avec l'air ambiant. Le bois reste toujours hygroscopique. Ainsi, un bloc de bruyère va gagner de l'humidité si l'humidité relative (RH) augmente, et en perdre si elle baisse. Ceci est vrai, que la bruyère soit sous la forme d'un ébauchon ou si c'est une pipe finie, posée dans le ratelier, et fumée ou non.

Selon le livre de Bruce Hoadley, Understanding Wood (Comprendre le bois), le bois séché sera à environ 5% EMC pour 25% de RH, allant jusqu'à environ 14% pour un RH de 75%. Selon la saison et où nous vivons, nos maisons dépasseront parfois ces deux niveaux d'humidité relative. Ainsi, indépendamment de combien de temps ou de la façon dont la bruyère est complètement séchée, elle conservera toujours de l'humidité.

Si la pipe de Bob de 1985 était correctement séchée avant qu'elle soit devenue une pipe (et les pipiers responsables y veillent), on ne s'attendrait pas à ce qu'elle fume mieux aujourd'hui qu'en 1985.

Sam Learned
(pipier d'York, PA)

Autant que je me souvienne, la première personne qui m'ait parlé directement au sujet du séchage de la bruyère, en rapport avec la qualité de fumage d'une pipe, et cela s'est fait par le biais de quelques questions liées à cette matière que m'a posées, il y a plusieurs années, Chuck Stanion, de Pipes & Tobaccos. Puisque je suis juriste spécialisé en brevets, j'ai effectué une recherche au stade actuel des classifications de brevets traitant du séchage de la bruyère, un sujet qui, tout à fait franchement, a produit plus de questions que de réponses. Une pensée communément répandue, cependant, a semblé être que la qualité de fumage d'une pipe, d'une manière significative, était liée au stade de séchage de la bruyère. Les avis sur ce qui constitue une "bruyère bien séchée" et les enseignements sur la façon dont ceci devait être effectué dominent largement.

Une des multiples choses que j'ai apprises en tant que pipier est que la bruyère, même aussi dure et aussi sèche qu'elle puisse paraître, est un matériau hygroscopique, qu'il est affecté par l'humidité et absorbe celle de l'atmosphère. Ce constat de fait de manière évidente au tout début de votre expérience de fabrication de pipes, quand vous a si parfaitement adapté un tuyau d'ébonite (un matériau essentiellement inerte à l'humidité) à la tige d'une pipe en bruyère, avec les garnitures poncées à la main et les yeux fermés, que vous ne pouvez pas sentir le joint tuyau-tige, pour constater, le jour suivant, qu'avec un changement de l'atmosphère ambiante (c.-à-d., une humidité plus ou moins élevée), cette même jointure, pour laquelle vous aviez tant de fierté, n'est plus aussi lisse que le jour précédent. Ainsi, ceci devient plutôt une question, non pas pas si la bruyère est sèche, mais de la façon dont elle l'est. Je crois qu'une bonne bruyère bien âgée/séchée et séchée à l'air, selon ma définition, est une bruyère qui, au-delà du séchage du coupeur/des procédés de traitement, a été stockée par le pipier pour sécher à l'air encore plus, dans un endroit éclairé, bien aéré et maintenu à une température et à une humidité raisonnablement confortables pour un humain moyen (vraisemblablement, les conditions atmosphériques ambiantes dans lesquelles les pipes seront ensuite généralement fumées), pendant une période d'au moins trois ans après réception. La bruyère aura alors raisonnablement atteint un équilibre uniforme lors d'échanges avec l'humidité atmosphérique ambiante. Elle sera alors tellement naturellement séchée à l'air qu'en pratique que le seul facteur temps, pour le séchage/vieillissement, ne va contribuer pas de manière significative à un meilleur fumage. A ce point, et pas en contradiction avec ce qui précède, mais comme un élément de ma propre technique, en tant que pipier, je coupe et fore une pipe, et la laisse reposer pendant au moins deux mois supplémentaires dans l'atelier pour la sécher/vieillir un peu plus à l'air, avant de la façonner en une pièce terminée. Au-delà de ceci, je ne crois pas que la dessication à l'air de la pipe finie, à elle seule, augmentera de manière significative la qualité de fumage de la pipe.

Rappelez-vous également que la nature même du fumage, par suite de la combustion de tabac humide dans un fourneau en bruyère, ajoute elle-même de l'humidité à la pipe – d'où la sagesse et la coutume de la rotation des pipes, pour leur donner un temps de repos.

C'est mon expérience et ma conviction que la manière d'améliorer la qualité de fumage d'une pipe bien âgée/traitée et séchée à l'air, à moins que ceci n'ait été fait par le fabricant pendant le façonnage de la pipe, est de faire attention à modifier la géométrie de la pipe - c'est à dire en perçant le trou air à 4 mm environ, plus des ajustements de l'ouverture du tuyau et de la lentille, un peu selon la philosophie de d'Ed Lehman, Jim Benjamin et Rick Newcombe.

En résumé, je crois qu'une bruyère séchée à l'air naturellement, bien âgée/traitée est essentielle comme point de départ, mais, étant donné quà la lumière de sa nature hygroscopique, et pour les raisons citées précédemment, davantage d'améliorations significatives des qualités de fumage proviennent de facteurs autres que le séchage continu d'une pipe finie.

Steve Weiner
(pipier de Fox River Grove, IL)

Bien que je ne sois en aucune façon un expert en physique du bois, la logique semblerait dicter que la réponse est oui. Il n'y a rien qui se produit pendant la création d'une pipe qui pourrait arrêter le séchage du bois, en supposant qu'il en reste à faire. En fait, le processus de séchage devrait être accéléré, ceci dû au fait qu'il y a moins de bois à sécher, et que des passages d'air additionnels ont été créés en forant les trous d'air et le fourneau. Maintenant, ceci étant dit, le culottage du fourneau, le cirage, etc., ont probablement un effet sur la continuation du séchage, mais dans quelle mesure, je n'en ai aucune idée.

ED Jurkiewicz
(pipier de Milwaukee, WI)

Merci de me considérer comme un expert bien informé! J'y ai bien réfléchi et, après y avoir pensé, encore et encore, j'arrive aux mêmes conclusions.

La première phrase de Bob exige davantage de réflexion: " … plus longtemps la bruyère est séchée, plus il est probable que la pipe fumera bien. " Suggère-t-il que le séchage détermine comment la pipe fumera finalement et ce, définitivement ? Ou soutient-il que ce séchage affectera le fumage de la pipe au début, réduisant simplement, ou même éliminant, la "coupure" dans le processus ? Je suis en faveur de ce dernier point de vue et, pour être très clair, PAS pour le précédent.

Deuxièmement, le processus de séchage continue-t-il ? Bien, rien ne reste vraiment parfaitement statique en ce monde, particulièrement une chose naturelle aussi perverse que la bruyère. Cependant, en voyant que le bois a été séché, ou traité, pendant cinq années avant de devenir une pipe, je dirais que tout autre séchage ultérieur serait si minuscule qu'il ne serait pas quantifiable. Ma réponse est donc: non.

Pour finir, fumerait-elle sensiblement mieux en 98 qu'elle ne l'aurait fait en 80 ? Non.

Je crois que les pipes entrent dans quatre catégories. Pour faire bref, je dis quatre catégories générales, avec des pourcentages approximatifs basés sur mes 40 années du fumage de pipe et ceux d'un certain nombre d'amis proches avec une longue expérience.

Catégorie 1. Environ 2% des pipes en bruyère sont simplement "mauvaises". Elles peuvent fumer humide, ne pas fumer jusqu'au fond, fumer chaud, ou autre chose.
Catégorie 2. Environ 60% de nos pipes. Elles fument bien, de temps en temps vraiment bien, ont rarement une mauvaise fumée, bien qu'elles aient leur part de jours ordinaires.
Catégorie 3. Environ 35%, qui fument VRAIMENT BIEN la plupart du temps. Vraiment, elles fournissent la plus grande partie de notre plaisir de fumer. On les désigne généralement sous le nom de "keepers" (celles qu'il faut garder).
Catégorie 4. Le pourcentage minuscule des pipes qui sont inégalées dans leurs qualités de fumage. Elles fument tellement bien que, quand on regarde ses pipes une à une, on a toujours envie de choisir celles-là. Elles nous font saliver, rien qu'à les regarder. Comme le dit mon ami Jeff Steinbock, "c'est une de CES PIPES".

Il est de mon humble avis que rien de ce que le pipier peut faire ne peut changer la manière dont une pipe fumera finalement. Rien, RIEN ne fera jamais des "4" avec des "2"! (Le fumeur peut faire un mal considérable – en fumant trop chaud, par exemple, ou laissant la pipe sale, etc.) quand je dis *finalement", j'entends après le culottage, s'il y en a un, quand la pipe a un culot correct.

Pour finir, il y a plusieurs avantages à ne PAS attendre si longtemps pour fumer une pipe. Si, par exemple, la pipe est "une de CES PIPES", notre ami a perdu 15 ans d'un immense plaisir de fumage. Si la pipe est juste une fumeuse ordinaire, 15 ans d'anticipation reçoivent une déception comme réponse. Le ciel vous en préserve, mais si la pipe est brûlée, l'atelier aura peut-être changé de mains, ou même fermé (tout le monde n'est aussi prévenant que Julius, qui j'en suis sûr, et sans discuter, remplacerait une pipe quoiqu'elle ait été achetée 15 ans auparavant).

Luigi Radice
(Fabricant italien de pipe)

Merci beaucoup de votre lettre et de l'exemplaire de votre magazine. Concernant la question que vous posez à propos de la bruyère, voici ma réponse personnelle.

Tout d'abord, vous devez considérer qu'une bruyère bonne pour être travaillée est une "BRUYÈRE AGÉE". Cela signifie naturellement séchée, entre 18 mois et 3 ans au minimum (parfois, quelques producteurs utilisent de la bruyère artificiellement "séchée" et vieillie avec des séchoirs mécaniques à air chaud pour enlever l'humidité; en une couple de mois, les blocs de bruyère sont prêts à être travaillés). Quand la pipe est manufacturée, le bois de bruyère continue à vivre et donc le séchage continue par certains aspects; le gain que vous pouvez obtenir est compensé par la perte d'une pipe qui voit ses couleurs se faner, prend de l'humidité de l'extérieur, etc.

Autant que je sache, une pipe achetée neuve en 1985 et fumée en 1998 ne fumera pas de manière significativement [meilleure] qu'en 1985. La pipe est comme le vin à mon avis, après que quelques années, elle devient vieille, comme une personne, avec aucun goût, aucune force, aucune fiabilité. Ne la gardez pas non fumée trop longtemps!

Alberto Bonfiglioli
(pipier de Bologne, Italie)

Dans mon atelier, tous les blocs de bruyère sont vieillis à température ambiante pendant au moins 7 à 8 ans. Je n'emploie aucun processus de séchage artificiel. À mon avis, après la période initiale de séchage ci-dessus, il n'y a aucun changement significatif de la qualité de fumage de la bruyère, même après qu'elle soit devenue une pipe. Comme vous l'avez mentionné, un bon nombre d'autres facteurs, tels que le type de tabac fumé, la taille du fourneau, et l'épaisseur du culottage font probablement plus la différence, à la longue. Un séchage trop court peut certainement influencer la qualité du fumage, naturellement. Je pense qu'une année et demie de séchage est un minimum absolu.

Franco Coppo
(pipier de Cantu, Italie [Castello])

Je suis très heureux de parler de ce sujet grâce à votre question très intéressante. Excusez mon anglais très imparfait, mais j'espère que vous pourrez comprendre complètement mon opinion. Ma réponse est que oui, le processus de séchage continue, une fois que l'ébauchon a été transformé en pipe, en tenant compte de toutes les constantes que vous prenez en considération dans votre lettre. Normalement, la bruyère en blocs originaux des pipes de Castello est vieillie/séchée pendant 9/10 ans de manière naturelle, sans aucune ventilation forcée. Rappelez-vous que le bois est un matériau vivant, aussi est-il très important de le conserver dans un endroit sec et bien aéré.

Claudio Cavicchi
(pipier italien)

Au sujet de la question soulevée par Bob, mon avis est le suivant : la pipe vieillie ne subit pas de changement significatif. Le vieillissement, qui est optimal après 3 ans, amène le taux d'humidité résiduelle de la racine à environ 12-15%.
Cette humidité existant dans la pipe va durer pour toujours. Naturellement, ceci est valable pour les pipes qui n'ont subi aucun processus artificiel. L'autre critère de détermination dans la qualité d'une pipe est le tannin ou l'acide tannique. On n'élimine cette substance, le vrai ennemi des fumeurs, qu'avec le séchage normal de la racine et non pas avec le vieillissement des pipes que vous avez déjà fabriquées.
Selon moi, si vous fumez une pipe un jour ou 10 ans après sa fabrication, c'est la même chose. J'espère vous avoir été de quelque utilité.

____________________________________________________________________________________________________________________________
L'age de la bruyère Numeir10L'age de la bruyère Htomca16L'age de la bruyère Logo_t13
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




tomcat11
tomcat11
Tête connue
Tête connue

Messages : 1983
Date d'inscription : 26/01/2014
Age : 44
Localisation : Narbonne

http://www.tomcat-creations.pro

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Invité le Dim 16 Mar 2014 - 23:17

Merci pour ton travail de recherche. C'était en effet une question intrigante. Nous voilà un peu plus intelligents!
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Aether le Dim 16 Mar 2014 - 23:31

Merci beaucoup Tomcat !
On voit quand même que certains avis divergent mais c'est très intéressant.

____________________________________________________________________________________________________________________________
On a rien a gagner à faire chier les gens qui n'ont rien a perdre
Aether
Aether
Tête connue
Tête connue

Messages : 1617
Date d'inscription : 02/04/2013
Age : 41
Localisation : Saint Rémy de Provence

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  little smoke le Lun 17 Mar 2014 - 0:03

Bon, ben voilà qui est assez clair et TRES intéressant, merci à toi cher Tomcat L'age de la bruyère 3586520320 !

Tout cela est assez logique somme-toute, j'en retire donc que nos bouffardes sont bien vivantes, qu'elles évoluent et fluctuent d'un jour à l'autre et d'un fumage à l'autre...

La SPP est née: Société Protectrice des Pipes, afin d'offrir des conditions de vie décentes à nos compagnes bouffardes, petits êtres vivants fragiles et sensibles, et si besoin les sauver de la maltraitance (laques, peintures, coups, griffures, brûlures, expositions prolongées aux UV, chutes et surtout l'ABANDON PROLONGE Evil or Very Mad !)

Si c'est pas beau tout ça, hein L'age de la bruyère 1188017172  L'age de la bruyère 2947289377 !!!

____________________________________________________________________________________________________________________________
L'age de la bruyère 1062px-2007-09-02_Le_Chasseron_02

"Tous les êtres de l'Univers sont contenus dans la Pipe, et ils fument avec vous pour envoyer une voix à Wakan Tanka, le Grand Esprit. Lorsque vous priez avec cette Pipe, vous priez pour toutes les choses de l'Univers, et toutes les choses de l'Univers prient avec vous"
Black Elk (Oglala Lakota)
little smoke
little smoke
Légende

Messages : 21988
Date d'inscription : 14/09/2013
Age : 44
Localisation : Suisse méridionale...

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  demangep le Lun 17 Mar 2014 - 15:46

Merci TOMCAT, je suis un peut moins bête maintenant Rolling Eyes , en tout cas des tas de choses intéressantes

____________________________________________________________________________________________________________________________
 Pour moi fumer la pipe, c'est comme manger un bon dessert 
demangep
demangep
Notable

Messages : 3712
Date d'inscription : 18/04/2013
Age : 61
Localisation : 88000 Epinal

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  RBaptiste le Lun 17 Mar 2014 - 19:29

Instructif... Merci
RBaptiste
RBaptiste
Nouvelle tête
Nouvelle tête

Messages : 124
Date d'inscription : 27/12/2013
Age : 47
Localisation : Modave (Belgique)

http://rbaptiste.com

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Lacazze le Mer 24 Avr 2019 - 11:26

En pleine réflexion sur l'achat d'une nouvelle bouffarde (déjà ^^ ) voila un article qui m'aide de beaucoup dans mon futur choix.
Rien ne sert donc d'aller chercher une antiquité non fumé, une bruyère correctement séché et issu d'un pipier reconnu fera très bien l'affaire.

Je note cependant un chose : 
Du fait de mon lieur d'habitation (La Réunion) avec un fort taux d'humidité ambiant il vaudrai peut être mieux me tourner vers une finition sablée ou naturelle pour laisser respirer d'avantage le bois.

C'est aussi pour la raison - fort taux d'humidité ambiant (et pas juste parce que je suis en train de craquer) - que je souhaite en intégrer une troisième à ma rotation.
Je lisais sur un autre site que de la laisser reposer une semaine entre deux fumages offrirais un meilleurs fumage, et je constate que la ou je suis pour avoir un bon fumage c'est presque une semaine minimum de repos.
Lacazze
Lacazze
Nouvelle tête
Nouvelle tête

Messages : 22
Date d'inscription : 19/02/2019
Localisation : Ile de La Réunion

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Lecram Effuahc Zella le Mer 24 Avr 2019 - 17:37

Intéressante cette traduction Wink

Merci d'avoir remonté ce sujet.





.

____________________________________________________________________________________________________________________________
.
Mon blog de bidouillage:

L'age de la bruyère Signat17


L'age de la bruyère Signat14
Lecram Effuahc Zella
Lecram Effuahc Zella
Bricoleur de vieux fourneaux - magicien du bambou

Messages : 2212
Date d'inscription : 20/01/2018
Age : 51
Localisation : Paumé entre le Pays d'othe et le Chablisien, grosso-modo entre le cidre et l'pinard.

https://behindapipe.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty l'age de la bruyère

Message  araki le Mer 24 Avr 2019 - 19:20

Very Happy Merci pour la piqure de rappel  Razz mais très bonne question en fonction de l'hygrométrie du lieu...on sais que le bois absorbe une partie d'humidité naturelle et provoquée par le brulage du tabac mais est protégée par son extérieur et le culot formé, ce qui réduit son absortion d'humidité relative. On laisse reposer en général la pipe 24h00 et on conseille pour le nettoyage a l'alcool de le prendre a un taux le plus élevé possible en tirage °.
Cela Prit comme précaution, pas sur que cela modifie sensiblement son fumage, ce qu'il faut voir c'est que si l'ensemble devenait trop sec le bois aurait tendance a se fendre...donc l'humidité résiduelle n'est pas un mal et a moins de se baigner et de faire de la plongée avec je pense que l'on ne doit pas trop se tracasser  Wink

____________________________________________________________________________________________________________________________
L'age de la bruyère La_pip11L'age de la bruyère Le-tab12L'age de la bruyère Jambe-12
araki
araki
Tête connue
Tête connue

Messages : 1040
Date d'inscription : 06/03/2018
Age : 55
Localisation : Namur et amoureux du travail de Félicien rops

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Lacazze le Mer 24 Avr 2019 - 19:45

A dire vrai, j'attend avec un peut d'impatience mon prochain passage en métropole afin de comparer si je trouve une réel différence "ressentie" au fumage en rapport avec l'hydrométrie. 
La où je suis on oscille gentillement entre 55% et 80%. 
Affaire a suivre donc Wink Je vous en tiendrais informé le moment venu.


Dernière édition par Lacazze le Mer 24 Avr 2019 - 20:10, édité 1 fois
Lacazze
Lacazze
Nouvelle tête
Nouvelle tête

Messages : 22
Date d'inscription : 19/02/2019
Localisation : Ile de La Réunion

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Alexmann le Mer 24 Avr 2019 - 19:54

Lacazze a écrit:A dire vrai, j'attend avec un peut d'impatience mon prochain passage en métropole afin de comparer si je trouve une réel différence "ressentie" au fumage en rapport avec l'hydrométrie. 
La où je suis on oseille gentillement entre 55% et 80%. 
Affaire a suivre donc Wink Je vous en tiendrais informé le moment venu.
Tu peux te pencher aussi sur les écumes de mer, qui je pense s'adapteront mieux à ton milieu très humide...

Fais un essai, je ne pense pas que tu sois déçu Smile
Alexmann
Alexmann
Les Hauts Fourneaux - Confrère pipier
Les Hauts Fourneaux - Confrère pipier

Messages : 4270
Date d'inscription : 17/07/2016
Age : 55
Localisation : VIENNE (France)

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Elviphil le Mer 24 Avr 2019 - 21:42

J’ai beaucoup aimé la réponse de ces pipiers et notamment Le fait que l’humidité d’une pipe de 2019 ou 1960 ne descend jamais vraiment en dessous de 8% 
Ce qui explique peut-être que j’apprécie moins de fumer la pipe en été lorsqu’il fait chaud et humide ?
Heureusement chez moi c’est très sec il n’y a aucune humidité, la poussière est cassante et sèche. et je pense du coup que c’est très bien finalement  Very Happy 
Je pense également comme Alex que pour quelqu’un vivant dans un milieu humide, tropical ou près d’une rivière, une écume est une bonne solution, car sinon peut-être que l’humidité du bois de sa pipe en bruyère remonterait à 15% voir plus.
Très riche sujet, merci.
Elviphil
Elviphil
La bande à Semois
La bande à Semois

Messages : 2656
Date d'inscription : 14/11/2016
Age : 46
Localisation : Chamalieres

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Roland de V le Jeu 25 Avr 2019 - 12:23

Merci d'avoir remonté ce fil intéressant et ô combien instructif... Je me coucherai moins bête ce soir  Very Happy
Roland de V
Roland de V
Tête connue
Tête connue

Messages : 1394
Date d'inscription : 24/11/2017
Age : 48
Localisation : Tourcoing

Revenir en haut Aller en bas

L'age de la bruyère Empty Re: L'age de la bruyère

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum