A la Noble Bouffarde
Bonjour,
Ce site traitant de sujets comme le tabac ou l'alcool dont les effets sont néfastes pour la santé, nous vous demandons donc DE NE PAS VOUS INSCRIRE SUR CE SITE NI MEME LE VISITER SI VOUS N'ETES PAS MAJEUR. Merci par avance de votre compréhension.

SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

A la Noble Bouffarde
Bonjour,
Ce site traitant de sujets comme le tabac ou l'alcool dont les effets sont néfastes pour la santé, nous vous demandons donc DE NE PAS VOUS INSCRIRE SUR CE SITE NI MEME LE VISITER SI VOUS N'ETES PAS MAJEUR. Merci par avance de votre compréhension.

SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS
Derniers sujets
» De retour de chez Emmaüs
par pat59om Aujourd'hui à 19:44

» Quel tabac vous fera danser la St Guy aujourd'hui ?
par pat59om Aujourd'hui à 19:06

» Metal quand tu nous tiens...
par Brase d'Anjou Aujourd'hui à 18:31

» Résultat de mes écrits
par Mek Aujourd'hui à 15:37

» La pipe de Cambronne
par william1941 Aujourd'hui à 14:19

» Mort de rire — parce que j'ai le sens de l'humour !
par william1941 Aujourd'hui à 13:41

» C'est au tour de Natale !
par natalefr Aujourd'hui à 11:57

» KM86 8
par Brase d'Anjou Aujourd'hui à 11:53

» Du côté de Menilmuche
par Weston Aujourd'hui à 10:10

» Oyez oyez! Pipe à vendre!
par SendoT Aujourd'hui à 0:14

» Ventre dit : C’est le ouikende ! On s’joint les paluches et on applaudit ...
par Popeye Magritte Aujourd'hui à 0:14

» Une grande nouvelle
par Mr Watson Hier à 21:55

» PETERSON - De Luxe Mixture
par karma91 Hier à 19:14

» MK86 7 Illustration Brase d'Anjou
par william1941 Hier à 19:04

» Les pipes d'Ernie
par Fratier Hier à 18:44

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 31 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 28 Invités

Les3Ours, Martski, william1941

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 248 le Dim 2 Fév 2020 - 5:03
Statistiques
Nous avons 1874 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est joreau christian

Nos membres ont posté un total de 387468 messages dans 13583 sujets
-32%
Le deal à ne pas rater :
SEAGATE – Disque dur Interne HDD – BarraCuda – 4To
81.99 € 120.61 €
Voir le deal
anipassion.com

Au sujet des pipes Dunhill

Aller en bas

Au sujet des pipes Dunhill Empty Au sujet des pipes Dunhill

Message  Louxor Lun 30 Nov 2020 - 0:58

Traduction d’un article de Chuck Stanion qui fut l’éditeur “ Pipes and tobaccos magazine “
 
OIL CURING
 
Nous avons tous vécu la période du culottage , chargeant bol après bol dans une nouvelle pipe, alors qu'elle ne montre aucune gratitude et délivre une fumée âcre, chaude et astringente à nos palais déconcertés. 
Les saveurs qu'elle offre ne correspondent pas à l'apparence de la pipe. Quelque chose d'aussi beau ne devrait pas avoir le goût d'une briquette de charbon de bois enflammé.
De nombreuses pipes nécessitent un culottage qui consiste à fumer plusieurs bols de tabac moins que satisfaisants, parfois des dizaines, avant que la fumée ne commence à goûter comme il se doit. 
Quiconque boit dans un tuyau d'arrosage laisse l'eau saumâtre et viciée le laver avant de profiter du rafraîchissement qui suit. Ce concept ressemble à celui de la pipe.
D'autres raisons que la saveur initiale décevante peuvent y contribuer. Si une pipe est tachée par trempage, à l’intérieur du foyer, ce qui arrive dans certaines circonstances, cette tache à l'intérieur du foyer, ne sera probablement pas une délicieuse expérience de saveur lorsqu'elle est fumée. Heureusement, cela ne dure pas. Le culottage est la dernière étape du durcissement de la bruyère.
 
Avec la bruyère, le processus de séchage commence à la scierie, où, après avoir été coupé en blocs, il est bouilli dans de gigantesques cuves d'eau.
Cette ébullition est importante. Il aide à pousser les résines et les sèves hors du bois, en les remplaçant par de l'eau. Ces résines naturelles peuvent rendre la fumée de pipe chaude et avoir un mauvais goût jusqu'à ce qu'elles migrent à travers la bruyère poreuse, ce qui permet de mieux absorber l'humidité collatérale de la combustion du tabac par la suite. Cependant, le processus d'ébullition n'élimine pas toutes les impuretés.
Après ébullition, la bruyère est progressivement séchée, ce qui prend environ 18 mois. À partir de là, la majorité est achetée pour des pipes fabriquées en usine, ce qui est logique car ils représentent l'écrasante majorité de tous les pipes fabriquées. Différentes usines stockent la bruyère pendant des durées différentes pour un séchage à l'air supplémentaire, parfois des années, mais la plupart des pipes vendues dans le monde ont été façonnées et finies en seulement quelques mois, car la bruyère est chère et il est difficile de maintenir les prix bas avec des années d'inventaire en stock. Le séchage à l'air permet d'éliminer davantage d'impuretés restantes après l'ébullition.
Cependant, le stockage à long terme de la bruyère est coûteux. Peu d'entreprises peuvent se permettre de conserver leurs stocks pendant des années. Cela n'a guère de sens pour un fabricant de stocker la bruyère pendant 10 ans de durcissement supplémentaire uniquement pour vendre la pipe, bon marché, Ils ne survivraient pas longtemps en affaires. La bruyère avec un investissement en temps substantiel doit atteindre un prix plus élevé, elle ne peut donc pas être utilisée pour les pipes bon marché, alors que certaines bruyères sont certainement plus appropriées pour ces pipes. Lorsque la bruyère devient chère, elle doit être transformée en pipes de plus grande valeur, des pipes que les consommateurs jugent intéressantes à des prix plus élevés. Cela signifie des pipes qui sont fabriqués et finies plus lentement.
 
C'est en partie la raison pour laquelle les fabricants de pipes des niveaux plus chers emploient des artisans pipiers et promeuvent des pipes de la plus haute qualité pour des fourchettes de prix particulières. Ils ont trop investi dans les matières premières pour mériter une pipe qui ne vaut pas la dépense supplémentaire pour le consommateur. Et à cause de cet investissement, ils ont également acheté de la bruyère la plus chère et de meilleure qualité, pour améliorer les chances d'avoir des pipes avec un beau grain, impeccables et plus chères qui sont de bonnes fumeuses et conçues de manière créative.
La bruyère achetée par des artisans pipiers coûte souvent entre 70 et 80 dollars par bloc. Et beaucoup de blocs doivent être jetés dans le feu à cause de défauts - défauts qui peuvent souvent être retrouvés dans des pipes d'usine bon marché, mais pas dans une pipe de haute qualité.
Certaines usines, et probablement certains artisans, utilisent le séchage au four, qui est essentiellement la cuisson de la bruyère et le plus souvent utilisé pour amener l'humidité du bois à son niveau de travail optimal, en repositionnant fréquemment les blocs pour maintenir la consistance de l'humidité. La bruyère trop sèche s'écaillera plus facilement lorsqu'elle sera travaillée et ne se coupera pas proprement si elle est trop humide.
 
Certains artisans ont des processus de séchage supplémentaires, mais ils sont dissimulés dans le secret et le résultat d'années d'expérimentation, généralement avec diverses sources de chaleur. La méthode la plus connue des amateurs de pipe est peut-être le «séchage à l'huile» : Oil curing.
 
Inventé par Alfred Dunhill, et associé au processus du sablage remarquablement profond des premières pipes Dunhill, l’oil curing avec la chaleur, n'était pas à l'origine destiné à améliorer la saveur pendant la période de culottage. Dunhill a inventé le processus pour préparer plus rapidement et plus efficacement les pipes pour la vente. À l'époque, le durcissement à l'huile d'une pipe, signifiait les stocker pendant une année supplémentaire pour que l'huile finisse de s'infiltrer à la surface. 
 
Voici une citation de la demande de brevet américain d'Alfred Dunhill pour les pipes traités à l'huile, le 14 octobre 1918:
"... les pipes de haute qualité, sont fréquemment stockées pendant une période considérable, par exemple douze mois ou plus, pour assurer la parfaite incorporation de l'huile avec les fibres du bois et pour bien imprégner la pipe. Mais il sera évident qu'un tel stockage d'articles manufacturés ou partiellement manufacturés représente un capital inutilisé, et le but de la présente invention est de préparer et d’imprégner ces pipes de manière à les rendre prêtes à être vendus et utilisés dans un laps de temps relativement court. "
 
La méthode de Dunhill utilisait des chevilles en laiton, chauffées à des températures contrôlées avec des brûleurs à gaz, sur lesquelles les pipes étaient placées. Une fois chauffée, l'huile migrait à travers les fibres de la bruyère sur une période de plusieurs semaines, ramassant des résines et des sucs sur son chemin. Appelée «exsudat», cette huile était périodiquement nettoyée de la surface des pipes, sinon une croûte dure se formerait. Certains ont postulé que la croûte d'exsudat avait été laissée puis sablée, contribuant à la rugosité caractéristique de la texture de Dunhill, si admirée par les collectionneurs.
 
La méthode de traitement à l'huile de Dunhill a été saluée comme offrant d'excellentes caractéristiques de fumage, de nombreux fumeurs affirmant qu'elle était la meilleure du genre au monde. La société Dunhill a finalement décidé que le processus n'était pas pratique et qu'il n'offrait que peu d'améliorations, voire aucune, et a arrêté son utilisation, dans les années 1980 (1986).
Quelques fabricants modernes ont continué ou continuent de tirer profit du traitement à l'huile. Ashton, Radice et Ferndown bénéficient de l'approbation enthousiaste de leurs clients. Les pipes Sasieni ont été traitées à l'huile. Bill Taylor de Ashton pipes a travaillé pour Dunhill pendant de nombreuses années, il n'est donc pas surprenant qu'il intègre le traitement à l'huile chauffée pour ses propres pipes. et lorsque Jimmy Craig a repris la fabrication d'Ashton après la mort de Bill, il a continué la méthode. 
Randy Wiley a traité pendant des décennies ses pipes, avant d'abandonner brièvement le processus au début des années 2000 en raison du temps nécessaire. Il a développé une nouvelle méthode de durcissement à l'huile plus rapide et a continué à huiler ses pipes depuis cet intermède.
 
Les partisans du traitement à l'huile trouvent que la saveur de ces bruyères est particulièrement agréable, avec un caractère de noisette, et certains disent que le processus rend les fibres de la bruyère plus stables et mieux capables de supporter des températures élevées. Beaucoup affirment que le durcissement à l'huile est la meilleure méthode de durcissement disponible.
 
Cependant, ceux qui sont attirés par la saveur initiale de la bruyère séchée à l'huile peuvent être déçus d'apprendre qu'elle ne dure pas plus de quelques semaines. Tout comme les impuretés peuvent être éliminées d'une pipe, avec le temps, l'huile peut aussi être éliminée, et le goût caractéristique de noisette disparaît . Mais ce qui reste, c'est une pipe bien culottée.
 
L'une des raisons pour lesquelles les pipes bon marché nécessitent un culottage, est qu’elles n'ont pas subi le processus fastidieux de durcissement supplémentaire qui augmente tellement le coût des pipes. Le consommateur choisi, avec des pipes moins chères, de faire ce durcissement par lui-même, avec son propre fumage diligent au lieu de payer pour un séchage supplémentaire à l'avance.
 
Nous avons tous vécu, ou entendu des histoires, de merveilleuses pipes qui, de toute évidence, ne devraient pas bien fumer. Peut-être qu'elles sont fabriquées à bas prix avec un forage incorrect et un mauvais alignement des trous de fumée, mais elles fument toujours très bien. Parfois, une pipe en particulier a juste un bon goût sans raison discernable, malgré une mauvaise construction. Aussi bonne soit-elle, elle fumerait encore mieux si elle avait été conçue de manière artisanale. Les mesures supplémentaires prises par les artisans élèvent le potentiel d'un bloc de bruyère à son plus haut niveau.
 
Un participant à une émission de pipe a récemment raconté l'histoire d'une pipe dont Il adorait la forme, mais elle avait un goût horrible et il était déterminé à l'apprivoiser. Il la fumait et la fumait, investissant obstinément du temps dans une fumée au goût nauséabond, jusqu'à décider qu'il avait assez, et était prêt à la jeter dans son allée et à l'écraser plusieurs fois avec sa camionnette, juste pour se venger. Mais avant qu'il ne soit prêt pour cette douce vengeance, la pipe changea. Il a dit que c'était probablement  vers son 40e bol, quand elle a soudainement commencé à avoir meilleur goût. Il avait enfin éliminé les impuretés et a été récompensé, avec une pipe qui est l’une de ses favorites depuis.
 
Les collectionneurs de pipes artisanales vous diront que l'inverse est également possible. Vous pouvez avoir une pipe parfaitement conçue et exécutée, percée à la perfection, fabriquée à partir de bruyère séchée pendant des années. Tout dans cette pipe est juste, mais elle ne produira toujours pas une bonne fumée. C'est décevant, mais heureusement rare. C'est juste la nature de la bruyère. Ce que vous obtenez avec les pipes artisanales, cependant, est une bien meilleure probabilité d'une bonne fumée, car tout ce qui peut être fait pour donner à cette bruyère l'occasion d’être bonne, a été fait au plus haut degré. Les pipes sont comme la mécanique quantique: leur niveau de performance est un champ de probabilité plutôt qu'un résultat prédéterminable.
Pourtant, il est aussi possible qu'une pipe bien faite coûtant des milliers de dollars ne fume pas aussi bien qu'une pipe mal fabriquée coûtant 20€. Les acheteurs de ces pipes à 20€ sont comme s’ils espéraient gagner à la loterie, et quand cela arrive, c'est très amusant. Ce n'est pas si amusant d'investir dans une pièce coûteuse et de constater que la bruyère ne peut toujours pas fonctionner à cause d'impuretés invisibles tenaces dans le bois qui ne se dissipent tout simplement pas. Heureusement, les artisans ont trouvé les méthodes nécessaires pour réduire cette probabilité à un faible pourcentage. En fin de compte, cependant, Mère Nature prend la décision finale.
Lorsque nous pensons à la bruyère séchée, il est bon de se rappeler que le séchage est un élément essentiel pour profiter d'un fumage frais et savoureux sans morsure de langue. La majeure partie du séchage est réalisée à la scierie, mais le reste est ce à quoi nous, fumeurs, devons faire face, soit en jouant sur une pièce artisanale haut de gamme, soit en jouant sur une pipe bas de gamme, soit en jouant sur quelque chose entre les deux. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des pipes polymérisées artisanalement fonctionneront au niveau qu'elles devraient, et le font immédiatement avec peu de culottage nécessaire. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des pipes premier prix, ne le feront pas et nécessiteront de la persévérance pour être fumables.
Louxor
Louxor
Tête connue
Tête connue

Messages : 2433
Date d'inscription : 07/12/2015
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum