A la Noble Bouffarde
Bonjour,
Ce site traitant de sujets comme le tabac ou l'alcool dont les effets sont néfastes pour la santé, nous vous demandons donc DE NE PAS VOUS INSCRIRE SUR CE SITE NI MEME LE VISITER SI VOUS N'ETES PAS MAJEURS. Merci par avance de votre compréhension.

SITE INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS
Derniers sujets
» Bourrer sa bouffarde façon manchot
par boufardo Aujourd'hui à 12:09

» salut les affreux
par boufardo Aujourd'hui à 12:05

» Simenon et Maigret
par Pierrot Gourmand Aujourd'hui à 8:07

» pour se 22 quelque feuilles d'automne dans nos pipes
par boufardo Hier à 23:04

» Pour les amis du 9eme art, la BD !
par Weston Hier à 22:13

» au tour de pipophile et de Tomlelandais
par boufardo Hier à 18:28

» L'atelier de Boufardo
par boufardo Hier à 18:23

» Balkan
par papaalino Hier à 18:15

» La double loterie de la rentrée, du tabac à gagner
par boufardo Hier à 12:25

» Bon anniversaire à Peyriguere
par Ar Korrigan Hier à 6:50

» 21 quoi dans ma pipe?
par Serge Jeu 21 Sep 2017 - 22:40

» Le Mystère de la Chambre Jaune (Gaston Leroux)
par papaalino Jeu 21 Sep 2017 - 18:51

» A la main ou au bec?
par boufardo Jeu 21 Sep 2017 - 17:49

» Hello de Pives
par WillAndWill Jeu 21 Sep 2017 - 12:38

» Vos luttes du mercredi 20 septembre ?
par Serge Mer 20 Sep 2017 - 22:52

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 14 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 12 Invités

boufardo, zitoune

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 110 le Ven 23 Jan 2015 - 1:02
Statistiques
Nous avons 1243 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Adcaelo

Nos membres ont posté un total de 251557 messages dans 7784 sujets

Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Bdt1200n le Mer 13 Fév 2013 - 2:44

Au fil du temps certaines questions reviennent comme un leitmotiv, l'influence du terroir d'origine sur les qualités d'une bruyère sont au nombre de celles-ci.

Il est vrai que le grain, la densité, la couleur même des bruyères semble évoluer en fonction du terroir d'origine, qu'en est-il vraiment ?

Nous avons tous en tête les splendides bruyère marocaines avec 60 ans de séchage, au grain si serré, mais l'âge seul, s'il participe au séchage du bois ne saurait expliquer ce grain peu en rapport avec les capacité de rétractation du matériau.

Nous admirons tous les larges rings réguliers des blondes bruyères italiennes vendues de nos jours, légères et tendres . . .

Avant toute chose il est de la bruyère comme de toutes les végétaux donnant du bois : croissance lente = grain serré et bois plus dense et plus dur, croissance rapide = grain large et bois moins dense et moins dur.

Le taux de fibre par année de croissance change peu, ce qui évolue fortement c'est l'espace entre ces fibres, espace comblé par des parties molles, de la cellulose. Quelques années de sécheresse sur la croissance d'une plante vivant dans une région bien irriguée se traduiront par une zone plus sombre et plus dense du bois et inversement quelques années de pluie sur une plante poussant dans une zone aride se traduiront par une zone plus claire et plus friable.

Suivant la nature du terrain la bruyère risque d'enfermer en poussant des impuretés qui provoqueront en elle de nombreux sandpits et autres défauts, les souches coincées entre des rochers, ne s'épanouiront pas librement en tous sens donnant de belles boules au grain uniforme mais seront marquées par les difficultés rencontrées lors de leur croissance. Comme vous le savez sans doute, la bruyère peut pousser en buisson avec de multiples départs de branches, sans faire de "boule" avec une souche superficielle de faible importance ou ne disposer que d'une ou deux tiges avec une boule se formant à faible profondeur dans le sol (c'est dans cette boule que l'on va tirer les ébauchons).

Tout cela a longuement été observé par les exploitants au fil du temps. L'abondance de bruyère et le faible cout de la main d’œuvre en Afrique du nord en a fait une zone d'extraction prioritaire lorsque l'industrie pipière était à son apogée. Il y a eu, au temps coloniaux, de nombreuses exploitations de bruyère sauvages en Afrique du nord, la demande était forte, le transport couteux, la main d’œuvre locale coutant peu toute la préparation était réalisée sur place : séchage, débitage, bouillage des ébauchons étaient réalisés sur place et les ébauchons étaient livrés en sacs déjà calibrés. (De ce temps restent encore de nombreux sacs d'ébauchons de petite taille ou de mauvaise qualité . . .) Les propriétaires de ces exploitations étaient entreprenants, ils avaient défriché, dépierré, ameubli, irrigué, créant des plantations florissantes de fruits et légumes là où, avant eux, n'étaient que terres pauvres et stériles peinant à nourrir de maigres troupeaux. Le sol blessait la bruyère, qu'à cela ne tienne, il suffisait, pour obtenir de belles bruyères d'avoir recours à des plantations, sur un terrain préparé à cet effet, en éliminant les risques de contrainte sur les souches. Contrairement à des souches sauvages coincées entre des rochers, elles s'épanouiraient librement en tous sens donnant de belles boules au grain uniforme.

Tout l'art du sylviculteur consisterait à favoriser la formation et la qualité de la "boule", sa croissance aussi puisque, time is money, il faudrait déjà attendre de nombreuses années pour obtenir des diamètres suffisamment conséquents et placer les plantes en situation de croissance lente serait retarder de plusieurs années le retour sur investissement. Se lancer dans ce type d'exploitation imposerait d'investir à long terme pour que ses enfants récoltent le fruit de son labeur.

L'irrigation et la préparation voire l'entretien des sols, combinés à l'ensoleillement permettraient une croissance rapide et l'obtention de bruyères claires, peu denses mais avec une belle régularité de grain en une vingtaine d'année à peine contre de trente à quarante ans pour des bruyères sauvages dont on poursuivrait l'exploitation en parallèle.

Au lieu de déplacer ces exploitations en suivant les lieux de pousse naturels certains eurent l'idée de s'inspirer de la sylviculture pour préparer des sols et planter de la bruyère dans les meilleures conditions possibles.

En fait ils combinèrent, à l'instar des forestiers trois techniques simultanément : poursuite de l'exploitation traditionnelle d'une partie de l'exploitation, sarclage et protection des sols sur des plans sauvages sur une autre partie de l'exploitation et culture sur les parties les plus accessibles et transformables de zones déjà exploitées.

La culture de la bruyère n'a été réalisée qu'en Algérie - j'ai eu l'occasion de voir des photographies d'une plantation de bruyère en Algérie et de lire un article détaillé lui étant consacré décrivant cette méthode comme une méthode d'avenir, cet article datait de 1958, avant l'indépendance. C'était un article des services coloniaux français à ses ressortissants en Afrique du nord trouvé chez ma tante qui fut, jusqu'en 1962 institutrice en Tunisie - Comme cette culture n'a débuté que quelques années avant l'indépendance on n'a aucun retour sur les qualités de bruyère que ça permet réellement d'obtenir. Les exploitations devant attendre plusieurs dizaines d'années avant que les bruyères soient en age d'être récoltées ayant été abandonnées . . .

A l'emplacement des anciennes exploitations, il existe des "mines" de bruyère dense de forte taille dont les souches s’entremêlent, certaines fendues comme pastèque au soleil. Est-il encore possible d'en tirer quelque chose ? ? ?

Quoiqu'il en soit, si climat, irrigation ou non et préparation des sols sont prépondérants, la nature du sol et sa structure sont également des éléments importants tant dans la couleur du bois (plus jaune, plus sable, plus rose, plus fauve) que dans sa "minéralité" (qui participe à la différentiation de ton entre fibres dures et cellulose).

Suite à cette tentative avortée de culture de la bruyère on en est encore et toujours, à l'heure actuelle, sur du prélèvement libre. En Italie, à l'heure actuelle, ce sont souvent sur d'anciennes terres cultivées retournées en friche depuis la seconde guerre mondiale qu'on désouche les bruyères pour planter des vignes . . . L'utilisation de matériel agricole lourd permettant l'extraction de la totalité des souches y compris les plus grosses. C'est les viticulteurs eux même qui défrichent, par champs entiers, même s'il la valorisent, la bruyère n'est pas leur préoccupation majeure et les pourcentages de perte sont très élevés. En Corse, déjà à son époque, Lucien Georges utilisait une pelleteuse de bonne taille pour désoucher sans trop d'efforts . . . Au Maroc ça serait des particuliers qui désoucheraient avec les moyens du bord, ils n'extrairaient donc que des têtes de faible dimension.

Il pleut plus en Italie qu'en Afrique du nord et cela influe sur la croissance des souches mais il n'y a pas d'irrigation ni d'un côté ni de l'autre de la méditerranée.

Reste qu'on pourrait ou aurait pu cultiver la bruyère, en ayant trente ans devant soi. Il est loin aujourd'hui le temps de l'industrie pipière florissante et qui pourrait bien se lancer dans de tels investissements avec un marché qui est ce qu'il est avec toutes ses incertitudes . . .

Reste que ça me dirait bien quand même de voir quelques ébauchons tirés de l'ancienne plantation vue sur les photographies jaunies de ma tante . . .


Dernière édition par Bdt1200n le Mer 13 Fév 2013 - 3:18, édité 2 fois
avatar
Bdt1200n
Hôte fondateur - Confrère Pipier
Hôte fondateur - Confrère Pipier

Messages : 733
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 58
Localisation : je viens de chez moi et d'ailleurs je ne vais pas tarder à y retourner

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  berny le Mer 13 Fév 2013 - 2:48

Wow! que d'informations, merci!

____________________________________________________________________________________________________________________________
.....................................................À chacun sa baleine blanche
avatar
berny
Intendant du Manoir - Bienfaiteur des hobbits
Intendant du Manoir - Bienfaiteur des hobbits

Messages : 4891
Date d'inscription : 20/01/2013
Age : 59
Localisation : Trois-Rivières; Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Bdt1200n le Mer 13 Fév 2013 - 3:12

Comme le montrent les courbes (sans échelle ? ? ?) publiées dans les pipiers français de Guyot, les temps bénis d'une industrie pipière florissante s'éloignaient déjà, condamnant dans l’œuf cette initiative.



L'extraction de la bruyère en Algérie, devenue la première puissance mondiale de cette industrie est très finement détaillée dans AFN25 qui traite de deux des principaux exploitants : L'entreprise A. et J. VASSAS. et L'entreprise Raoul AMIEL toutes deux productrices d'ébauchons.

Comme il est indiqué dans cet excellent texte de l'époque coloniale, "Les forêts du Tell constantinois produisent de très bonnes fougères arborescentes dont les racines fournissent une matière première de tout premier choix. Seulement, comme pour qu'ils soient utilisables, il est nécessaire que les sujets aient 40 ans, on doit envisager dés maintenant, en présence de l'énorme consommation qu'il s'en fait que les peuplements seront bientôt épuisés et que ruinée par sa propre activité, cette industrie dévorante devra disparaitre.

Hâtons-nous de dire que nous n'en sommes point encore là et que de longues années s'écouleront avant que les belles usines philippevilloises d'ébauchons de pipes ne soient obligées de fermer leurs portes." On comprend ainsi quelles étaient les motivations à entreprendre une mise en culture devant prendre deux décennies au moins avant tout espoir de récolte.

Je complèterai ce sujet par deux liens vers une étude pour l'exploitation de la bruyère française parue semble-t-il un peu tardivement en 1981 . . .

http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/21497/RFF_1981_2_127.pdf?sequence=1

http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/42602/FM_IV_1_43.pdf?sequence=1

Il s'agit de deux éditions différents notamment par l'iconographie.

En résumé, en ce qui concerne l'influence des origines de la bruyère sur le gout de nos pipes,

Selon Steve Laug :
La bruyère algérienne est légère et dure. Elle a une couleur rougeâtre qui persiste sous une teinture.Elle laisse un goût sucré sur la langue. La bruyère espagnole est plus lourde et plus tendre. Elle se teinte plus vite et n'a pas de goût spécial. La bruyère italienne est très dure et légère.Sa couleur tire plus vers le jaune ou le blanc, ce qui éclaircit une teinture rouge. Son goût est plus amer et fort que celui des précédentes.

Et selonTrever Talbert :
"Si vous insistez, j'ai généralement noté les caractéristiques mineures suivantes, mais elles sont certainement subtiles. La bruyère algérienne, selon moi, semble offrir une saveur plus forte, plus riche, plus lourde. La grecque semble extrêmement neutre, permettant au tabac lui-même de s'épanouir. L'italienne et la corse semblent "intelligentes", donnant à des mélanges un goût plus net. Du moins selon mon expérience. Mais souvent aucune de ces choses n'est vraie. Il en est ainsi, dans la nature…"

Certains des éléments de la deuxième partie de cette revue ont été communiqués par JiP qui a grande compétence sur le sujet.

avatar
Bdt1200n
Hôte fondateur - Confrère Pipier
Hôte fondateur - Confrère Pipier

Messages : 733
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 58
Localisation : je viens de chez moi et d'ailleurs je ne vais pas tarder à y retourner

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Invité le Mer 13 Fév 2013 - 8:01

Tres interessant cet article. Il est dommage que cette experience de culture de la bruyere Algerienne n'ai pas abouti. Merci pour ton travail de recherche et la redaction qui a suivi.

Cela me laisse a penser que meme si le marché est petit a l'echelle mondiale, il n'empeche qu'il existe. Nous ici typiquement un marché de niche. L'investisseur disposant de surface agricole, de conditions climatiques favorables, de main d'oeuvre, de mecanisation, de capitaux disponibles, et de 25 ans, peu capter la majeure partie de ce marché, devenir la reference incontournable et faire fortune. En effet il sera le seul a pouvoir fournir des plateaux ou ebauchons en quantité, a qualité constante. Il offrira la simplicité, et la securité. Seul un passionné peut arriver la, car pour faire fortune, quand on dispose de capitaux, il existe des moyens plus simples et plus rapides.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  McHysius le Mer 13 Fév 2013 - 8:22

Merci, Bandit pour ces infos et pour le temps consacré.

____________________________________________________________________________________________________________________________
McHysius
avatar
McHysius
Hôte fondateur
Hôte fondateur

Messages : 2404
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 52
Localisation : Suisse occidentale...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Bdt1200n le Mer 13 Fév 2013 - 10:13

Argos a écrit:Tres interessant cet article. Il est dommage que cette experience de culture de la bruyere Algerienne n'ai pas abouti. Merci pour ton travail de recherche et la redaction qui a suivi.





Cela me laisse a penser que meme si le marché est petit a l'echelle mondiale, il n'empeche qu'il existe. Nous ici typiquement un marché de niche. L'investisseur disposant de surface agricole, de conditions climatiques favorables, de main d'oeuvre, de mecanisation, de capitaux disponibles, et de 25 ans, peu capter la majeure partie de ce marché, devenir la reference incontournable et faire fortune. En effet il sera le seul a pouvoir fournir des plateaux ou ebauchons en quantité, a qualité constante. Il offrira la simplicité, et la securité. Seul un passionné peut arriver la, car pour faire fortune, quand on dispose de capitaux, il existe des moyens plus simples et plus rapides.

Et, ça ne pousse pas la bruyère sur l'ile Bourbon ? ? ?


Les 3 espèces de bruyères endémiques de la Réunion (source):

- Erica arborescens ou branle filao
- Erica galioides ou thym marron
- Erica reunionensis ou branle vert ou Philippia montana

Pas d' Erica arborea, utilisée pour la fabrication des pipes depuis le milieu du XIXe siècle, mais qui nous dit qu'elle ne pourrait pas pousser puisque d'autres espèces de bruyère y poussent déjà . . .

Et puis, Erica arborea, Erica arborescens, ça semble proche, non ?

L'Erica arborea est parfois appelée aussi bruyère blanche, en raison de la couleur de ses fleurs, qui poussent en grappes serrées au début du printemps (mars-avril). Ses rameaux sont velus, cotonneux, contrairement à la bruyère à balais (Erica scoparia) avec laquelle elle est parfois confondue. Arbuste plus qu'arbrisseau, la plante peut atteindre près de deux mètres de haut. Son rhizome présente l'aspect d'un gros bulbe de couleur rouge pesant plus d'un kilogramme, qui peut fournir un excellent bois de chauffage, mais qui est surtout utilisé pour fabriquer des ébauchons de pipes.

Par contre le fait que des ébauchons aient été exportée des pays du bassin méditerranéens vers l'Afrique du Sud à l'époque glorieuse incite à vérifications prudentes mais il est dores et déjà avéré que des bruyères arborescentes poussent sur des terres délaissées de l'Ile Bourbon . . .




Bruyère dans la plaine des sables



Bruyères poussant sur une coulée de lave sur l'Ile de la Réunion.
avatar
Bdt1200n
Hôte fondateur - Confrère Pipier
Hôte fondateur - Confrère Pipier

Messages : 733
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 58
Localisation : je viens de chez moi et d'ailleurs je ne vais pas tarder à y retourner

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  SmokingDragon le Mer 13 Fév 2013 - 13:06

Et ben quelle connaissance encyclopédique ! Avec Bandit ln est sûr de se coucher moins bête chaque fois qu' il écrit un article. Moi je dis chapeau bas.

____________________________________________________________________________________________________________________________
On dit que l’homme se bat pour ce qui lui manque le plus. Pour le pirate, c'était la liberté.(La Voile noire - Mikhaïl W. Ramseier)
avatar
SmokingDragon
La bande du Dragon Flake
La bande du Dragon Flake

Messages : 6752
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 354
Localisation : Nassau

http://www.alanoblebouffarde.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Invité le Mer 13 Fév 2013 - 17:44

Ah ben voila ! Je lance l'exploitation. Bon la plaine des sables il vaut mieux eviter, c'est le territoire du volcan, ca ressemble a la planete Mars.

Nous avons a la Reunion une quantité de plantes, arbres et arbustes endemiques, j'en ai d'ailleurs quelques uns dans le jardin (bois de judas, bois d'eponge, bois de fievre).

J'ai effectivement vu dans les hautes plaines des plantes arbusives, assez semblables a ce que l'on voit sur tes photos, mais en voiture... De plus j'ignorais que nous avions des varietés de bruyere, je pensais le climat trop humide.

Maintenant vu la rareté, et le prix du foncier ici, je ne crois pas que ce soit l'endroit idéal pour y faire une exploitation de bruyere. Crying or Very sad
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  twisel le Mer 13 Fév 2013 - 17:50

Argos a écrit:j'en ai d'ailleurs quelques uns dans le jardin (bois de judas, bois d'eponge, bois de fievre).
manque le bois bandé!
avatar
twisel
Hôte fondateur
Hôte fondateur

Messages : 238
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 104

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Bdt1200n le Mer 13 Fév 2013 - 17:53

twisel a écrit:
Argos a écrit:j'en ai d'ailleurs quelques uns dans le jardin (bois de judas, bois d'eponge, bois de fievre).
manque le bois bandé!
Ne généralise pas à ton cas, Michel, tout le monde n'en a pas besoin . . .
avatar
Bdt1200n
Hôte fondateur - Confrère Pipier
Hôte fondateur - Confrère Pipier

Messages : 733
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 58
Localisation : je viens de chez moi et d'ailleurs je ne vais pas tarder à y retourner

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Invité le Mer 13 Fév 2013 - 18:01

Amen ton tantine http://www.mi-aime-a-ou.com/bois_de_gaulette.php
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Haddock le Ven 21 Juin 2013 - 16:41

Très bonnes informations, mais…


Chers amis, notez que le bruyère de ces photos n'est pas le plus approprié pour la fabrication de tuyaux. Cette bruyère, fleur jaune, a été utilisée en Espagne depuis longtemps pour fabriquer des balais. Le bruyère utilisé et est de meilleure qualité, est la fleur blanche qui pousse sur la côte méditerranéenne, en Corse, en Italie, en Espagne ...  Comme l'Algérien de la meilleure qualité par une croissance lente en raison du manque d'eau provoquant l'absence d'impuretés.


Bruyère a fleur blanche.



Ici, je montre dans l’atelier quelques racines de bruyère qu’ils ont été donnés par un ami.







____________________________________________________________________________________________________________________________
____________________________

Haddock

La puissance intellectuelle d'un homme se mesure à la quantité de l'humour qui est capable d'utiliser.
Friedrich Nietzsche

____________________________
avatar
Haddock
Hôte
Hôte

Messages : 34
Date d'inscription : 20/06/2013
Age : 52
Localisation : Barcelonne (Espagne)

http://haddockpipes.blogspot.com.es/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  DamienH le Ven 21 Juin 2013 - 16:46

Ah bon c'est ça le bois de la bruyère ? Qui aurait pensé pouvoir faire des pipes avec ça ? affraid Ben ceci dit ça me serait pas venu à l'idée de fumer dans du maïs non plus ...
avatar
DamienH
Hôte
Hôte

Messages : 99
Date d'inscription : 21/06/2013
Age : 28
Localisation : Amiens

Revenir en haut Aller en bas

Fleurs blanches

Message  Pierre Morel le Jeu 18 Juil 2013 - 11:44

Tout juste,la bruyère "à pipes" a des fleurs blanches, au printemps ,à la floraison,les forêts des Maures sont superbes .
avatar
Pierre Morel
Confrérie des Maîtres Pipiers - Fabricant de pipes
Confrérie des Maîtres Pipiers - Fabricant de pipes

Messages : 16
Date d'inscription : 18/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Bdt1200n le Jeu 18 Juil 2013 - 17:57

Pierre Morel a écrit:Tout juste,la bruyère "à pipes" a des fleurs blanches, au printemps ,à la floraison,les forêts des Maures sont superbes .

 C'est une balade qu'il me plairait de faire avec toi et le gros lapin . . .
avatar
Bdt1200n
Hôte fondateur - Confrère Pipier
Hôte fondateur - Confrère Pipier

Messages : 733
Date d'inscription : 21/01/2013
Age : 58
Localisation : je viens de chez moi et d'ailleurs je ne vais pas tarder à y retourner

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exploitation de la bruyère - Prédominence historique de l'Algérie et une intéressante tentative de sylviculture malheureusement sans suite

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum